Après un 1er article où je vous informais des avantages à améliorer votre pouvoir d’observation, en voici (enfin) la suite !

Les conseils donnés ici sont tirés du super livre de Maria Konnikova, Mastermind: How to Think Like Sherlock Holmes.

Savoir observer est essentiel en matière de créativité, c’est même la base. On s’imprègne de ce qui nous entoure, ce qu’on lit, regarde à la télé, voit sur Internet, glane au fil des discussions… puis on le transforme ensuite à l’aide d’imagination et de déduction.

Avez-vous déjà regardé les séries Mentalist ou Esprits Criminels ? Le point commun principal entre Patrick Jane et les enquêteurs d’E.S, c’est d’être des observateurs hors-pair et de réussir à établir de brillantes déductions pour résoudre leurs enquêtes.

Cette capacité nous permet d’être réellement acteur d’une situation: on ne se contente pas de regarder passivement quelque chose, on l’observe avec un œil aiguisé puis on déduit déjà comment cette chose va pouvoir nous servir. C’est de l’observation active.

Ce « pouvoir » n’est pas réservé qu’aux gens bien-nés. Dans cet article, je vais vous donner des conseils pour améliorer autant votre pouvoir d’observation que celui de déduction. A la clé, plus de facilité à générer des idées, les retenir et en faire quelque chose de concret !

Améliorez votre pouvoir d’observation

sherlock-holmesLa plupart d’entre nous ne portons pas attention au monde qui nous entoure. Ce qui fait qu’un détective est doué réside dans sa faculté à remarquer les petits détails. Konnikova suggère pour cela de cultiver l’habitude de vivre en pleine conscience afin de mieux ressentir notre environnement quotidien:

Ce n’est pas une aptitude surhumaine. Lorsqu’on évoque Sherlock Holmes, il est important de préciser qu’il a passé sa vie à développer des habitudes de pleine conscience. Ce n’est donc pas comme si il était simplement né avec ce don pour être en symbiose avec ce qui l’entoure.

Ce que l’on choisit de remarquer ou de ne pas remarquer est une façon qu’à notre cerveau conditionné de sélectionner ce qui pourra, ou non, lui être utile. Dans le cas de la pleine conscience, nous avons ainsi beaucoup de mauvaises habitudes à corriger afin de vraiment commencer à remarquer le monde qui nous entoure. Tout ce que nous faisons modifie notre cerveau, mais on peut déjà travailler à ce qu’il soit modifié de façon a ce que la pleine conscience devienne un moindre effort.

Notre plus mauvaise habitude est simplement de ne plus être attentifs. On essaye sans cesse de faire les choses rapidement et à cause de cela, on perd l’émerveillement enfantin consistant à se concentrer sur quelque chose et à se demander « pourquoi »?

Ainsi, comme n’importe quelle autre habitude, améliorer votre pouvoir d’observation consiste d’abord à identifier vos mauvais travers et à les corriger.

Exemple: vous faites les choses trop rapidement et manquez les petits détails. Vous allez donc ralentir un peu et observer davantage.

La 1ère étape consiste juste à vous arrêter de temps à autre et à observer,  et je vais vous apprendre comment.

Donnez-vous des challenges à accomplir pour mieux observer

Il a quelques jours, je fais remarquer à une amie qu’il y a une fresque murale sur un des immeubles entre chez elle et le métro. Depuis un an qu’elle habite là, elle ne l’avait pourtant jamais remarqué. Et si on commençait déjà par lever les yeux du sol (ou du smartphone) ?

Je vous propose donc d’observer une chose nouvelle par jour. Ce que vous voulez, à partir du moment où cela vous oblige à ralentir et regarder le monde sous un autre angle.

Ça m’évoque un chouette projet appelé 365 project. Il consistait à prendre une photo par jour, juste pour le plaisir de ralentir et de remarquer toutes les choses qu’on ignore habituellement.

D’autres idées pourraient consister par exemple:

  • A gouter de nouvelles saveurs chaque semaine et d’en faire un report écrit
  • Remarquer, chaque jour, la couleur des vêtements d’un collègue
  • Observer finement une œuvre artistique (tableau, sculpture…) tous les jours…

L’idée est de vous entrainer à remarquer de petits détails dans votre vie quotidienne. En procédant ainsi, vous serez plus à même de remarquer tout ce qui n’est pas à sa juste place.

Des notes, toujours des notes !

La prise de notes est un classique de l’observation ou de la créativité, mais il est toujours bon de rappeler le B.A-BA.

Si vous avez vraiment des difficultés à observer et que les défis personnels ne fonctionnent pas, reposez-vous sur votre calepin (ou Evernote) tout au long de la journée. Comme l’explique le Times:

D’abord, les scientifiques renforcent leur concentration en apprenant à se focaliser sur les caractéristiques pertinentes et en laissant celles qui ne le sont pas de côté. Une des meilleures façons de le faire est la bonne vieille méthode de la prise de notes: écrire des descriptions et dessiner des images de ce que vous voyez.

Lorsque vous vous mettez dans l’état d’esprit de prendre des notes sur le terrain, vous commencez à faire attention aux petits détails. Vous pouvez le faire n’importe où.

Si vous êtes au travail, consacrez 10 minutes pour observer le comportement d’une personne. Faites attention à la fréquence à laquelle ils boivent une gorgée d’eau, aux fois où leurs yeux s’éloignent de leur écran d’ordinateur, ou s’ils sont constamment à vérifier leurs e-mails.

Plus vous prenez l’habitude de le faire sur le papier et mieux vous saurez le faire à la volée.

Méditez brièvement

J’ai dit à maintes reprises tout le bien que je pensais de la méditation sur Out the Box. Cette pratique, parfois assimilée à une expérience religieuse ou considérée comme futile, est pourtant une bonne compétence à posséder pour quiconque veut renforcer sa concentration.

Sherlocks-brain-attic-011
En plus, ça ne demande pas tant d’effort que cela notamment grâce aux géniales techniques de micro-méditation. Comme le souligne Konnikova, vous n’avez pas à y consacrer plus de quelques minutes par jour:

Il y a tout ce domaine d’entraînement à la Pleine Conscience qui vous apprend à être attentif à vous-même et à ce qui se passe dans votre tête. Il ne s’agit pas de partir méditer tel un ermite au fin fond d’une montagne isolée, mais juste de prendre quelques minutes par jour pour vous recentrer sur vous-même. Je pense qu’il est important de garder à l’esprit que la méditation ne signifie pas que vous avez à tout plaquer et devenir un moine, mais est juste un moyen de recentrer votre esprit.

Comme nous l’avons déjà dit, la méditation n’est rien d’autre qu’un moyen d’apprendre la concentration. Quand vous pourrez vous concentrer sur vous-même, vous deviendrez probablement en même temps un meilleur observateur.

Boostez vos capacités de déduction avec votre pensée critique

Une fois que vous commencez à porter une attention particulière au monde, vous pouvez commencer à transformer ces observations en théories ou en idées.

La déduction consiste à réfléchir à une situation de façon logique, puis d’appliquer une pensée critique à ce que vous voyez. Essentiellement, la pensée critique c’est analyser ce que vous observez de près, et la déduction c’est aboutir à une conclusion fondée sur les faits.

Analysez ce que vous voyez ou lisez et posez des questions

Autant vous le dire tout de suite: vous ne trouverez pas un guide tout fait sur la pensée critique. La première étape pour améliorer votre esprit critique est une notion chère à mon cœur: retrouver son admiration enfantine pour le monde et commencer à poser autant de questions que possible.

Konnikova vous propose de commencer par vous poser des questions:

Il est important d’apprendre à penser de façon critique. Ainsi, lorsque vous apprenez quelque chose de nouveau, vous ne vous contentez pas de l’intégrer bêtement dans votre cerveau, vous apprenez à l’analyser de façon critique. Vous vous demandez: «Pourquoi est-ce important? » «Comment cela se connectera avec ce que je sais déjà? » ou « Pourquoi dois-je m’en souvenir? » Lorsque vous faites cela, vous entraînez votre cerveau à faire des liens entre les idées et construisez un réseau de connaissances.

Ça demande un peu de travail supplémentaire, mais augmenter votre compréhension de lecture n’est pas si difficile. Et quand vous prenez l’habitude de le faire vous repartez avec un souvenir fort de ce que vous lisez. Lorsque vous posez beaucoup de questions, vous pensez de façon critique et améliorez vos compétences de déduction en général.

Faites des connexions entre ce que vous VOYEZ et ce que vous SAVEZ

Évidemment, toutes ces facultés de perception et de pensée critique ne vous serviront à rien si vous ne commencez pas à créer des connexions entre ce que vous observez et votre base de connaissances.

Konnikova décrit cela comme une façon de maximiser votre espace mental:

Ce n’est pas forcément qu’Holmes se souvient de tout, mais qu’il est capable de distinguer des connexions que les gens lambdas manquent généralement.  Les gens pensent qu’Holmes est un modèle de logique,  mais cette logique est essentiellement de l’imagination. Il ne pense pas linéairement (à l’instar du Dr House), il envisage un réseau entier de possibilités.

En fait, Sherlock Holmes ou les autres enquêteurs cités plus haut se souviennent des petits détails car ils encodent ces morceaux de savoirs en visualisant d’emblée leur intérêt. Un peu comme s’ils établissaient une carte mentale en temps réel…

Traditionnellement, les cartes mentales sont utilisées comme des outils de brainstorming mais ils sont aussi un formidable moyen de prendre des notes. Cela permet de mieux consolider ses souvenirs qu’une prise de note classique.

sherlock-holmesAlors, comment tout cela fonctionne? Plus vous faites de connexions, plus vous pensez de manière critique et meilleur vous devenez pour établir des déductions:

Cela a beaucoup à voir avec la façon dont l’information est stockée dans le cerveau de Holmes. C’est une sorte de cercle vertueux – apprendre à penser de manière critique va aussi vous apprendre à mieux vous souvenir de quelque chose.

En procédant ainsi, vous n’améliorez pas seulement votre pouvoir de déduction mais augmentez aussi votre base de connaissances.

Vous comprenez mieux la diversité de thèmes – volontaire – proposée sur Out the Box à présent ? Si non, un petit tour par la page à propos éclairera votre lanterne 😉

Avec un peu de pratique et de pensée critique, vous serez bientôt capable de suivre les pas du célèbre héro d’Arthur Conan Doyle !

Augmentez votre base de connaissances

Une des choses à retenir sur Sherlock Holmes (ou les autres détectives précités) est qu’il est rarement pertinent de concentrer tous ses efforts dans une même spécialité.

Adopter davantage un style « renaissance », mettant en valeur à la fois l’apprentissage et les compétences, rendra vos qualités de déduction beaucoup plus fortes. Konnikova résume cela ainsi:

Vous devriez disposer de connaissances variées. Holmes dit que vous devriez avoir un « grenier mental » ordonné mais il est aussi une encyclopédie vivante. Il a des lectures très variées – il lit sur l’art, la musique -, des choses dont vous ne soupçonneriez pas qu’elles aient une quelconque incidence sur son travail de détective. Je pense que c’est une leçon importante à tirer. Ca n’est pas bon de trop se spécialiser, et nous devrions essayer de rester aussi curieux que possible sur les autres sujets qui nous intéressent.

Il faut beaucoup de pratique et créer de véritables habitudes pour imiter la manière dont Sherlock Holmes et d’autres détectives voient le monde, mais ce n’est pas si difficile à faire. Une fois que vous entraînez votre cerveau à s’arrêter et à faire attention aux petits détails, le reste du processus se met en place.

Cette nouvelle faculté pourra vous apporter bien plus que l’admiration de votre entourage. Elle vous permettra d’aiguiser votre créativité en multipliant vos idées. Les mises en relation entre ce que vous voyez, ce que vous en déduisez et comment vous compter l’utiliser se développeront plus naturellement.

Et vous, êtes-vous observateur ? Avez-vous déjà remarqué l’intérêt de cette qualité pour nourrir votre esprit créatif ?

Recherches associées :

  • comment avoir un esprit de deduction
  • Comment etre comme holmes
  • deduction sherlock
  • lois a propo de boxe en pature sans permis
  • Science de la deduction

7 Réponses

  1. Anne

    Tiens, en vous lisant, je pense à un truc … Pourquoi votre site ne pourrait-il pas devenir une « plateforme d’échanges d’idées ». Bon, peut-être que c’est un plan idiot pcq ce genre de plateforme existe par ailleurs (mais si oui, je suis preneuse du lien) … En fait, cet après-midi, je suis passée chez une voisine pour soumettre une idée. Comme d’hab, elle et son mari ont soulevé tous les freins possibles. Bon, ok, ça m’a permis de rebondir, d’approfondir, de réorienter, d’améliorer … mais quand même, je me dis que ça me plairait de jeter mon idée en pâture à une bande d’internautes créatifs pour collationner autre chose que des freins ! Evidemment, je serais prête à partager moi aussi des avis, idées et suggestions avec d’autres internautes.
    Je me disais que se servir de votre site pour échanger des idées, cela permettrait de démontrer concrètement l’apport de la créativité à des soucis parfois très pratiquo-pratique = suggestion que je vous lance en pâture 🙂

    Répondre
    • maliba

      J’adore ta facon de voir les choses. Moi j’ai besoin de partager ma créativité, je fais beaucoup de choses de l’écriture du dessin de la musique… et aussi des massages et bien d’autres choses encore. On commence toujours une aventure humaine avec des gens qui se rejoignent pour faire avancer une idée un but ou je ne sais quoi. Ecris moi si le coeur t’en dit à [email protected].

      Répondre
      • maliba

        sur cet espace rponse ca bug le message fait plein de faute et oubli des lettres

      • Jérémy Ouassana

        Bonjour, et merci pour ce sympathique commentaire. Partager sa créativité est une chose très saine, c’est dans l’émulation qu’on créé les plus grande choses 😉

        Concernant le problème que tu rapportes, ça n’est jamais arrivé avant… Es-tu certain que ça ne vient pas de ton clavier ??

    • Jérémy Ouassana

      Bonjour Anne,

      C’est une idée, à voir après la difficulté de la mettre en place. Sinon en attendant il y a la page facebook Out the Box, même si ça n’a pas la même portée.

      Merci pour la suggestion, je vais y réfléchir et jauger de sa faisabilité 🙂

      A bientôt !

      Répondre
  2. aimé

    Bonjour
    je crois qu’avec le 10% de conseils prodigués par votre article, on arrive à des grandes choses. Moi par exemple j’ai du quitter mon emploi des directeur de créa dans une agence des pub deux mois avant la faillite quand tout allait bien. Ma mère et quelque collègues n’avez jamais vraiment compris ma décision. Grâce à l’observation j’ai vu la faillite avant que c’ arrive. Vous savez c’est de très mauvais image de chercher un job après la faillite de votre dernier maison. Donc, j’ai évité cela. Je suis bien installer dans une autre boite. Des détails si vous voulez, je serai ravi de vous le partager. Merci

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.