Dans le petit monde des paris en direct, les paris football ont la cote. Sport très populaire, le ballon rond attire de plus en plus de joueurs prêts à miser de l’argent sur les résultats des matchs. Mais attention à baser ces paris sur des données concrètes et pas sur un simple feeling !

Comment expliquer l’attrait pour les paris sportifs, qu’ils soient liés au football ou à un autre sport ? S’ils connaissent une telle popularité, c’est d’abord car au-delà du gain potentiel en cas de victoire, faire un pronostic football ajoute de l’adrénaline lorsqu’on suit un match en direct.

L’être humain est intrinsèquement excité par la perspective de jouer, surtout s’il a un avantage à en retirer (en l’occurrence ici, un bénéfice financier). Cependant, certains aspects inhérents à la psychologie humaine peuvent agir au détriment du joueur et réduire significativement ses chances de gagner.

Il s’agit en réalité de croyances et préjugés que l’on appelle des biais cognitifs. Nous en sommes victimes à longueur de temps dans notre vie quotidienne, et les sites de paris sportifs l’ont bien compris.

Dans les lignes qui suivent, je vais présenter les biais les plus courants en matière de paris sportifs pour vous permettre de les identifier rapidement… et les éviter !

1. L’erreur du parieur

Le plus commun et le plus connu de tous les biais cognitifs liés aux paris est appelée l’erreur du parieur (« gambler’s fallacy« , en anglais).

On observe cette erreur dans presque tous les sports, et tous les jeux basés sur le hasard sont affectés par elle. En termes simples, ce phénomène est « la croyance erronée que si quelque chose se produit plus fréquemment que la normale pendant une période donnée, cela se produira moins fréquemment à l’avenir ».

Un petit exemple pour l’illustrer ?

Prenons le jeu de hasard par excellence : pile ou face. Jouer à pile ou face vous donne autant de chances de gagner que de perdre, c’est vraiment du 50-50 car le résultat est soit pile, soit face.

Cependant, le biais intervient lorsqu’une personne croit que les résultats passés affecteront les essais futurs.

biais-cognitifs

Imaginez que vous tiriez à pile ou face dix fois et qu’à chaque fois le résultat soit pile. Il est tentant de penser que le prochain lancer tombera sur pile. Mais si vous réfléchissez de façon rationnelle, la réponse est non. La probabilité que la pièce tombe sur « pile » est exactement la même que lors des dix premiers essais, ce qui représente une probabilité de 50 %.

Dans le contexte des paris sportifs, ce biais survient lorsque l’on pense (à tort, donc) qu’un résultat contraire à la tendance va se produire lorsqu’une équipe enchaîne une série de victoires ou de défaites.

Malheureusement, en réalité, le passé n’a pas d’incidence sur l’avenir. Si vous pariez en vous basant sur le raisonnement que le résultat final est susceptible de se produire parce qu’il ne s’est pas produit depuis un certain temps, vous êtes victime de l’erreur du parieur.

La solution ? Évaluez simplement chaque résultat individuellement, indépendamment des parties précédentes.

2. Le biais de résultat

Le biais de résultat signifie que nous accordons beaucoup plus d’importance au résultat qu’à tous les autres éléments d’information pertinents pour déterminer si la décision qui a conduit a celui-ci était correcte.

Si vous envisagez les paris sportifs de façon sérieuse, vous devriez faire vos choix sur la base d’informations tangibles plutôt que de vous fier à votre seul instinct.

La bonne nouvelle, c’est qu’avec Internet il est très simple d’obtenir toutes les informations et chiffres qui peuvent appuyer ou non vos pronostics.

Il doit toujours y avoir une stratégie derrière vos choix de jeu, et celle-ci doit être soutenue par des données. Ceci étant dit, il n’y a pas de manière parfaite de faire un pari.

En réalité, la différence entre les parieurs du dimanche et les parieurs professionnels est assez fine et en même temps déterminante. Les professionnels établissent leurs mises de façon intelligente en se basant sur des données.

Au final, leurs paris ne sont peut-être pas gagnants à tous les coups, mais ils gagnent plus souvent que les parieurs qui y vont « au feeling ».

psychologie-parieur

3. Biais de « récence »

Il est communément observé que les fans de sport réagissent de manière excessive aux événements les plus récents de la saison, quel que soit le sport concerné.

Par exemple, il n’est pas rare qu’un seul match change complètement l’opinion que le public a d’une équipe ou d’un joueur.

Bien qu’il soit important de prendre en compte toutes les informations, il est également nécessaire de ne pas trop se focaliser sur les événements les plus récents.

Supposons que l’équipe de France enchaîne sa cinquième victoire d’affilée alors qu’elle avait perdu les 5 matchs précédant cette série. Beaucoup de parieurs auront tendance a penser que cette tendance va se poursuivre, même si rien ne permet de l’affirmer concrètement.

Le biais de récence est une chose réelle et pas seulement une théorie. Il affecte concrètement la façon dont le public place son argent et a un impact réel sur les cotes de la semaine suivante. Lorsque vous pariez, assurez-vous donc de prendre une décision basée sur le match en cours et non sur les résultats des matchs précédents pour éviter ce biais.

4. Le biais de proximité des événements

Ce biais cognitif est très similaire au biais de récence. Cependant, son impact est davantage lié à vos émotions et vous empêchera de prendre une décision éclairée basée sur des données.

S’il y a bien une chose a vraiment retenir en matière de paris sportifs, c’est que les émotions sont mauvaises conseillères dans ce domaine. Concrètement, le biais de proximité des événements vous pousse à davantage retenir les informations les plus récentes et à les appliquer pour prendre vos décisions plutôt que de vous baser sur des informations rationnelles.

Par exemple, si vous voyez qu’une équipe a réalisé de grands matchs mais a perdu le troisième quand elle a mal joué, vous pouvez avoir une vision déformée de l’équipe. Cela a plus de sens pour vous parce que vous les avez vus mal jouer et perdre cette fois là. Cela peut vous amener à croire que c’est la vraie représentation de l’équipe alors que ce n’est pas le cas.

La façon la plus simple de combattre ce biais cognitif est de ne jamais privilégier votre ressenti sur les chiffres. La seule situation dans laquelle vous devriez faire intervenir vos sentiments personnels est celle où les données vous laissent avec une proposition 50-50, mais cela arrive rarement.

5. Le biais d’affect

Bien qu’il soit sans conteste le biais sportif le plus courant, la plupart des gens ignorent qu’ils sont influencés par lui.

Le biais d’affect désigne le processus de prise de décision basé sur les seules émotions et non sur les chiffres ou la raison. Presque toutes les facettes de votre vie sont affectées par ce biais, et c’est pourquoi il est justement si difficile à surmonter.

C’est lui qui vous incite à toujours parier sur votre équipe favorite, même si les chiffres sont contre elle. Et même lorsque votre équipe favorite ne joue pas, vous avez toujours un certain préjugé envers une autre équipe ou les joueurs qui la composent.

Vous devez savoir que ce préjugé affectera toujours tous les paris que vous faites, et c’est à vous de reconnaître et de trouver la meilleure façon de le surmonter.

En tant que fan de sport et être humain, vous aurez toujours tendance à préférer certaines équipes ou joueurs. Mais lorsque vous vous adonnez aux paris sportifs, vous devez garder à l’esprit que vous mettez en jeu votre argent durement gagné ! De ce fait, vous ne pouvez pas laisser votre jugement être obscurci par des émotions qui peuvent vous amener à perdre votre mise.

Conclusion

Le domaine des paris sportifs est fait d’analyses et de chiffres, avec peu ou pas d’espace pour la prise de décision émotionnelle. En tant qu’humain, il peut être difficile pour vous de séparer vos préjugés cognitifs de vos décisions de paris sportifs. Pourtant, c’est la seule voie rationnelle pour optimiser vos victoires et donc vos gains.

La meilleure façon de surmonter ces cinq biais est donc de prendre le temps de faire des recherches avant de placer un pari sur le match. Avec autant d’informations disponibles en un clic, vous n’avez aucune excuse pour ne pas tenir compte des données et agir selon vos sentiments ou vos intuitions.

Rappelez-vous aussi que tous les parieurs sportifs sont victimes de ces préjugés. En les gardant à l’esprit pour les éviter, vous aurez donc un immense avantage sur eux !

Vous avez d’autres conseils pour optimiser les chances de succès en matière de paris sportifs ? Partagez vos astuces en commentaires !

Recherches associées :

  • pile ou face ded paris sportifs

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.