Si vous suivez Out the Box régulièrement, vous savez que j’adore percer les petits secrets du quotidien. Vous savez, ces questions qui ne revêtent pas une grande importance dans le fond mais représentent de véritables « friandises intellectuelles » pour les esprits curieux !

Aujourd’hui, j’ai choisi de me pencher sur un vêtement indémodable, adapté dans tous les styles possibles et imaginables et porté par des millions de personnes chaque jour : j’ai nommé le jean !

Ce classique de nos vestiaires est en effet un véritable hit. Si l’on en croit les statistiques, environ 2,3 milliards de jeans seraient vendus chaque année et le marché pèserait pas moins de 58 milliards de dollars !

Avant d’entrer dans le vif du sujet, revenons rapidement sur l’histoire du Blue Jean.

Pourquoi le jean s’appelle-t-il ainsi ?

Une bonne question, n’est-ce pas ? Le nom qu’on donne à ce pantalon provient en fait du port qui fournissait ce tissu au Moyen Âge.

Les futaines étaient des étoffes à base de coton mélangées à du lin ou à de laine qui partaient de la ville de Gênes, en Italie. Elles arrivaient à Londres (Angleterre), ou elles étaient alors surnommées jean ou jeane d’après leur port d’expédition.

jean bleu jules

Un mélange soie-laine appelé Serge de Nîmes, abrégé en de Nîmes ou denim, était quant à lui expédié de France.

A la fin du 16ème siècle, le jean est directement produit en Angleterre avant de l’être en Nouvelle-Angleterre à la fin du 18ème.

Les deux tissus ont ensuite évolué vers des mélanges similaires, uniquement en coton, au 19e siècle. Tous deux étaient utilisés pour fabriquer des vêtements pour hommes appréciés surtout pour leur durabilité, même après de nombreux lavages.

Leurs propriétés très résistantes les rendaient ainsi parfaits pour être utilisés comme vêtements de travail.

C’est d’ailleurs à cette fin que Levi Strauss, un bavarois émigré au USA et créateur de la marque Levi’s, achète du denim pour équiper ses travailleurs en 1860.

En 1873, il s’associe au tailleur Jacob Davis pour produire des salopettes teintées en indigo et renforcées par des rivets en acier au niveau des coutures.

Lors de la fameuse « ruée vers l’or », ils se vendent alors comme des petits pains aux chercheurs d’or qui étaient en quête d’habits très résistants pour chercher fortune.

Avec le temps, les jeans en sont venus à symboliser le caractère de l’Ouest américain : franc, énergique, rebelle… et farouchement capitaliste !

Pourquoi les jeans sont bleus ?

origine-du-jean

Enfin, l’origine de la mythique couleur bleue des jeans. On a dit précédemment qu’ils étaient teintés en indigo, mais ce choix est-il vraiment innocent ?

Eh bien non ! Contrairement à la plupart des colorants naturels qui, lorsqu’ils sont chauffés, pénètrent directement dans les fibres du tissu, l’indigo se lie autour des fils du tissu.

Il faut ensuite utiliser un agent chimique appelé « mordant », qui permet de fixer la teinture aux fibres textiles. Sans lui, la couleur s’enfuit du textile dès qu’il est humide (notamment au contact de la transpiration, par exemple). Pas très pratique !

Ensuite, à chaque lavage, certaines de ces molécules de colorant sont éliminées, entraînant avec elles des morceaux de fil. Ce procédé adoucit les tissus rugueux et individualise en même temps la couleur des jeans.

A l’origine, des teintures naturelles étaient utilisées. C’est différent aujourd’hui, les jeans étant teints avec une teinture synthétique indigo.

En y regardant de plus près, leur conception est d’ailleurs très ingénieuse. Le fil de chaîne (celui qui est dans le sens de la longueur) est teint, tandis que le fil de trame (= largeur) reste blanc. Cela permet non seulement de réduire la quantité de teinture nécessaire pour chaque paire de jeans mais explique également pourquoi de nombreux modèles sont bleus à l’extérieur mais blancs à l’intérieur.

Chaque paire de jeans nécessite 3 à 12 grammes de teinture. Chaque année, nous produisons plusieurs centaines de milliers de tonnes de teinture indigo dont la plus grande partie est destinée à la fabrication de jeans bleus.

Voilà, vous connaissez à présent les grandes lignes de l’histoire du jean et savez pourquoi la plupart sont bleus !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.