En ce mois de septembre, tous les regards sont tournés vers la rentrée, qu’elle soit scolaire ou professionnelle. Après deux mois d’été et de voyages inspirants, il faut désormais reprendre place derrière un bureau et retrouver les tâches du quotidien.

Au programme pour bien des gens : ces fameuses tâches répétitives qui nous enferment dans une routine, nous empêchent parfois de réfléchir et de faire preuve de créativité. C’est particulièrement le cas des étudiants qui, après l’école, doivent réaliser divers devoirs monopolisant toujours plus leur cerveau.

Et si, à l’inverse de ces projets barbants, l’école pouvait enseigner la créativité ?

Un problème actuel

C’est un fait avéré, actuellement, le système éducatif français ne fonctionne pas au mieux. Avec la réforme des rythmes scolaires, nombreux sont les établissements qui cherchent aujourd’hui à trouver leur nouveau rythme visant, justement, à alléger le quotidien de chacun.

Pourtant, force est de constater qu’après plusieurs semaines de cours, tout le monde est aussi fatigué qu’avec l’ancien rythme. Et l’on sait bien que la fatigue est loin d’être le meilleur ami d’un esprit créatif.

Certes, il existe actuellement certaines matières à l’école qui permettent à l’imaginaire de se développer.

Les rédactions en français permettent aux esprits littéraires d’inventer des histoires. Les cours d’arts plastiques permettent aux passionnés de dessin de s’exprimer sans paroles. Aussi, certains cours de langues étrangères offrent parfois de belles opportunités aux élèves, en leur permettant de découvrir de nouveaux horizons.

À tout cela, on peut éventuellement ajouter les mathématiques, qui permettent de développer un esprit critique qui favorise la créativité.

Mais, de manière générale, le système éducatif français semble encore bien trop figé. Il semble ne pas permettre la créativité, qui se développe essentiellement dans le cadre de cours optionnels (et qui ne séduisent donc pas tous les élèves, loin de là).

Alors, comment cela pourrait-il évoluer ?

Une solution envisageable

En cette année 2018, nombreux sont les chercheurs qui vantent les bienfaits d’une pédagogie de la créativité, permettant une évolution de l’expérience émotionnelle à l’apprentissage.

En pratique, cela pourrait par exemple passer par :

  • L’élaboration d’une nouvelle danse ou la conception d’un nouveau jeu de balle avec des règles propres à la classe concernée,
  • L’interprétation d’une histoire dans une langue étrangère,
  • La résolution de davantage de problèmes en mathématiques…

La finalité, bien entendu, est d’inciter l’ensemble de la classe à générer une multitude d’idées que l’on fait ensuite germer. Mais cette pédagogie peut-elle trouver sa place dans les écoles classiques ?

La réponse est sans aucun doute OUI ! En revanche, chaque professeur doit accepter de lâcher prise sur son calendrier scolaire pour favoriser les échanges avec ses élèves et le partage d’expériences. Aussi, indéniablement, la pédagogie de la créativité demande plus de temps et d’investissement qu’un cours classique.

En effet, il s’agit d’une manière d’enseigner qui sort du cadre et, donc, de son côté rassurant. Mais la récompense n’en sera que plus grande, au moment de voir les élèves épanouis utiliser leur imagination autant que possible.

Vers la construction d’un nouveau genre d’écoles ?

Dans le cas où le système scolaire classique ne serait pas prêt pour une généralisation de la pédagogie de la créativité, l’émergence d’un nouveau type d’établissement, qui existe déjà, est envisageable : les écoles de créativité.

Aujourd’hui, il existe de plus en plus d’écoles un peu loufoques et divertissantes.

ecole-vittra-organization-stockholm

Un bon exemple : l’école Vittra à Stockholm, qui mise sur un environnement ouvert et atypique et un enseignement différent pour favoriser la créativité de ses élèves.

Je pense par exemple aux écoles de magie (oui oui, ça existe) pour enseigner les bases à ceux qui rêvent de vivre avec une baguette magique. On trouve aussi des écoles de poker où les profs sont rémunérés pour enseigner les novices et apprendre aux joueurs de cartes comment miser leur argent.

Et que dire de la Green School, cette école ultra verte à Bali qui sert des repas dans des matériaux recyclables et qui enseigne la lutte dans la boue, les graffitis et le surf entre deux cours de maths et d’histoire ?

Indéniablement, tous ces établissements misent sur la créativité de leurs élèves pour assurer leur développement. Alors pourquoi ne pas miser plus sur des écoles de créativité pour inviter tout un chacun à ouvrir son esprit ?

Dans ce contexte, la Factry, aussi appelée l’École des sciences de la créativité, pourrait largement servir d’exemple.

Située au Canada, elle propose depuis deux ans des formations à des professionnels de tous les milieux souhaitant élargir leurs horizons et qui adhèrent à une vision de la créativité en tant qu’élément moteur de changement. Tous les cours qui y sont donnés misent sur un apprentissage créatif et ludique, qui passe à la fois par des cours et des ateliers.

Ce type d’enseignement vivant et qui mêle l’utile à l’agréable conduit à un fort engagement de la part de tous les participants.

Alors, à quand l’ouverture de la première école de la créativité en France ?

Un avis, une réaction sur ce débat ? Partagez votre opinion en commentaire !

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.