La clé de la vie, c’est le pardon. Si vous détestez quelqu’un vous ne faites pas du mal à cette personne, mais à vous-même. Louis Zamperini

Alors que Nelson Mandela nous a quittés il y a quelques jours, j’aimerais vous conter l’incroyable histoire d’une autre force de la nature.

Comme l’ancien leader sud-africain, Louis Zamperini est un bel exemple du pouvoir de l’esprit pour affronter les tempêtes de la vie.

Alors qu’un film sur lui est actuellement en production, vous pouvez retrouver le récit rocambolesque de sa vie dans le roman qui lui a été consacré.

Vous pouvez l’acheter sur Amazon en cliquant sur l’image ci-dessous (une bonne idée de cadeau de noël pour ceux qui aiment les romans d’aventure… sauf qu’ici, tout est vrai) !

« Invincible: une histoire de survie et de rédemption »

L’enfance et les jeunes années de Louis Zamperini

Fils d’immigrés italiens aux Etats-Unis, Zamperini naît en janvier 1917 et grandit à Torrance, en Californie. Enfant, il est bien loin du modèle qu’il deviendra plus tard. A 5 ans il fume déjà, bat ses petits camarades et vole de la bière aux contrebandiers pendant la Prohibition!

Son frère aîné, Pete, est tout son opposé. Poli, bon élève, il a même obtenu une bourse à l’université de Californie du sud pour la représenter en athlétisme. Pete détecte bien vite le potentiel sportif de son frère et l’incite à courir à son tour.

zamperini-jeux-olympiques

Louis Zamperini aux J.O de 1936, en Allemagne.

Réticent au départ, Louis se découvre un talent pour la course et obtient à son tour une bourse pour la même université. Son don le mènera jusqu’aux jeux olympiques de 1936, en Allemagne.

Il termine 8ème en finale olympique des 5000 mètres mais achève les derniers 400 mètres en seulement 56 secondes (une belle performance pour l’époque) ! Cette prouesse lui vaut d’être remarqué par Hitler, qui insiste pour lui serrer la main.

C’est aussi à cette époque qu’il gagnera l’un de ses nombreux surnoms: la Tornade de Torrance.

39/45: Louis le guerrier

Peu après, la guerre éclate et Zamperini sert son pays dans l’Air Force à bord d’un bombardier B-24. Aux commandes de son avion, le Green Hornet (le Frelon Vert), il échappe à la mort de nombreuses fois. A tel point qu’il se fera surnommer Lucky Louis, Louis le chanceux.

Mais la chance n’est pas éternelle. Louis s’en rend compte douloureusement lorsque son Frelon est abattu sous le feu ennemi et s’écrase dans le Pacifique. Sur 11 hommes, 3 seulement survivront.

zamperini-drapeau-naziSur leur radeau de fortune, les hommes organisent leur survie. Ils tuent les albatros qui atterrissent sur l’embarcation et les utilisent comme appâts. Les requins n’étant jamais très loin, la vigilance est de mise malgré la fatigue et la faim.

Après 27 jours de dérive, ils aperçoivent enfin un avion qu’ils alertent avec une fusée de sauvetage. Mais l’espoir est de courte durée: l’avion en question est japonais et ils se font tirer dessus.

Alors que les compagnons d’infortune de Louis se recroquevillent sur le radeau (l’un d’eux ne s’en sortira pas), lui plonge dans l’eau et doit lutter contre un requin.

Après 20 jours supplémentaires à errer dans l’océan, les deux hommes sont finalement récupérés par un navire de pêche japonais. Directement envoyés en camp de prisonniers au Japon, Zamperini y connaîtra les pires souffrances.

Pendant deux ans, il est affamé, humilié et torturé quotidiennement par l’un des gardes du camp, un sadique surnommé The Bird (l’oiseau). Malgré les sévices endurés et la volonté de ses geôliers à le briser, Louis Zamperini résiste.

Dans sa tête, l’espoir est la seule option possible.

Le retour à la vie civile: réapprendre à vivre

Notre héros ne sera libéré du camp qu’à la fin de la guerre. Rapatrié aux USA, il se marie rapidement et doit maintenant vivre en homme libre. Mais comment oublier les atrocités vécues au camp de prisonnier ?

Louis souffre de syndrome post-traumatique. Il fait régulièrement des cauchemars ou il revit les tortures que lui infligeait son bourreau. Désespéré, consumé par la haine et le désir de vengeance, il se met à boire pour apaiser sa douleur. Pendant un temps, il songe même à retourner au Japon pour tuer « The Bird ».

1949. Poussé par sa femme récemment convertie au christianisme, Zamperini accepte d’écouter un sermon d’un célèbre prêcheur nommé Billy Graham. La révélation n’a pas lieu immédiatement mais Louis s’accroche et finit par se convertir à son tour.

zamperini-invincible

Il abandonne sa rancœur envers ses anciens oppresseurs et accepte de repartir à Tokyo en 1950, en tant que missionnaire. Là, il retrouve la majeure partie de ses geôliers et les pardonne face à face.

Depuis cette époque, il raconte son histoire pour servir d’inspiration et inculquer autour de lui la valeur du pardon. Il a aussi bâti et dirigé un camp qui accueille de jeunes délinquants afin de les aider à retrouver le droit chemin.

Aujourd’hui âgé de 96 ans, il est encore vif et plein de vie. Il enseigne au public à travers le monde sur la façon de gérer le stress, la signification des Jeux Olympiques et la liberté qu’il a trouvé à travers sa relation avec Dieu.

Épilogue…

L’histoire de Louis Zamperini pose la question de ce qui définit un vrai héros. Bien sûr, l’homme a été un athlète, un héros de guerre, a survécu à l’enfer… Mais malgré ce qu’il a subit, il a été assez fort pour pardonner à ceux qui ont voulu le briser.

A mon sens, c’est le véritable message à retenir de cette incroyable histoire. Rappelez-vous de la citation qui ouvre cet article. Qu’il s’agisse de pardon ou d’autres choses, la remise en question est nécessaire pour avancer, ne pas se laisser détruire.

Le partage de ses expériences, de ses valeurs ou de la sagesse acquise est également un bel enseignement de cette histoire. Voilà un homme qui s’est servi de sa vie tumultueuse comme d’un matériel brut pour construire quelque chose de meilleur, et d’utile à tous.

Un très grand respect à vous, Mr Zamperini.

Cet article vous a inspiré ? Partagez-le sur vos réseaux sociaux et inspirez les autres à votre tour !

arrows_down

3 Réponses

  1. Aurore

    Très bel article, et en effet, magnifique leçon de vie.

    En revanche, je pense qu’une explication de la photo sur laquelle Zamperini pose avec une croix gammée mérite une petite explication… Dans quel contexte a-t-elle été prise ?

    Répondre
      • Jérémy Ouassana

        Très bonne question, Aurore !

        En fait, après sa prouesse aux jeux olympiques où il s’est fait serrer la main par Hitler, Zamperini a voulu récupérer un autre souvenir du troisième Reich. Il a donc volé le drapeau que l’on voit sur la photo à la chancellerie du Reich, où vivait le dictateur.

        Après s’être fait pourchasser par des soldats de la gestapo, il se fait arrêter mais est immédiatement relâché grâce à sa notoriété olympique. Il a pu garder le drapeau, qui est toujours en sa possession et au chaud dans sa maison à Hollywood !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.