think-out-of-the-box

Et si on s’échappait de la boite ?

Je vous parlais la semaine dernière de ce qu’était la boite dans l’article Penser out of the box, ça veut dire quoi.

Nous avons vu qu’elle était une métaphore pour illustrer les limites que nous nous fixons nous-mêmes inconsciemment, limitant ainsi notre capacité à penser de manière efficace et critique sur le monde qui nous entoure. Ces limites sont le résultat de croyances profondes qui font obstacle à la créativité, la réalisation de soi et plus généralement, à la compréhension de la vie.

Voyons maintenant son origine ainsi que les moyens d’en sortir.

Le test des 9 points

Si l’origine de ce test est assez floue, il est utilisé depuis plusieurs décennies déjà.

John Adair (célèbre outre-atlantique pour ses théories sur le leadership) l’utilisait déjà dans les années 60, ainsi que la Walt Disney Company  mais aussi nombre d’entreprises américaines lors de tests de management.

L’idée est de présenter à un candidat un carré contenant 9 points et de lui demander de les relier… sans lever le crayon.

Impossible? Pas tout à fait… En réalité, la solution est plus simple qu’il n’y parait si l’on accepte de s’affranchir des limites psychologiques que l’on s’impose.

test-creativite-9-points

Pour triompher de l’exercice, il faut obligatoirement briser les limites du carré, les dépasser. En un mot : sortir de la boite !

Certains diront que c’est tricher, pourtant il n’en est rien : la seule règle énoncée est de ne pas lever son crayon du papier. Le test illustre bien cette tendance que nous avons à imaginer des règles, des limitations qui n’existent pas.

S’échapper de la boite par l’ouverture d’esprit

Observez autour de vous les personnes que vous admirez pour leur sens créatif, leur originalité ou leur côté doux/dingue…

Qu’ont-elles en commun la plupart du temps ? Au bout d’un petit moment, vous vous rendrez compte qu’elles partagent généralement les qualités suivantes :

Ouverture d’esprit
Curiosité
– Liberté de ton : elles assument ce qu’elles pensent
– Capacité à établir des relations inattendues entre les idées.
– Humour et vivacité d’esprit…

Penser hors des sentiers battus commence simplement par l’imitation de ces qualités, en attendant de se les approprier à part entière. Il faut se forcer à se poser toujours les bonnes questions si cela n’est pas dans sa nature au départ.

D’une manière générale, le questionnement est d’ailleurs le fondement de l’esprit curieux et ouvert. Si vous ne l’avez pas déjà lu, je vous conseille de vous jeter sur cet article qui est un excellent complément à celui.

Un exemple concret

Pour illustrer cette idée, prenons l’exemple d’un produit que vous voudriez concurrencer.

Pour faire mieux que ceux qui le vendent déjà, il vous faudrait vous poser des questions du type:

  • Comment est-il fait ?
  • Pourquoi se vend-il aussi bien (ou au contraire, pourquoi ne rencontre-il pas de succès alors que vous êtes persuadé qu’il a beaucoup de potentiel)?
  • Comment faire pour l’améliorer ?
  • Qui sont ceux qui l’achètent?
  • Pour répondre à quel besoin?
  • Etc.

penser-out-of-the-boxDans cette approche, j’ai un raisonnement finalement assez « marketing » (on se refait pas!). Mais les marketers sont sans cesse à devoir trouver des concepts innovants, disruptifs, pour surprendre et prendre le public à contre-pied de ses attentes (pensez à un certain Steve Jobs).

Cela n’empêche pas de l’appliquer à tous domaines en suivant l’idée directrice, soit « comment voir cela autrement »? En quelque sorte, il s’agit d’avoir la pensée rebelle, vagabonde et qui ne se soucie pas du qu’en dira-t-on.

La disruption

Une autre technique est celle de la disruption à proprement parler.

Cette technique consiste à prendre un concept et à le tourner dans un sens surprenant, inattendu et qui va à l’encontre du sens commun. Le tout, si possible, avec une pincée d’humour. La publicité est très friande de cette technique qui, d’ailleurs, a été créée à cette fin.

disruption-remember-to-think

Penser out of the box, c’est aussi être capable de faire des liens originaux entre les idées. Je ne reviendrai pas ici sur l’importance de la saine curiosité qui consiste à vous nourrir, à chercher à répondre à toutes les questions que vous pouvez vous poser.

Rappelons simplement que le commencement du processus consiste justement à se poser ces questions, qui trouveront la plupart du temps réponse grâce à Internet. Il ne reste plus ensuite qu’à laisser vagabonder votre esprit, sans restriction, et à faire parler votre spontanéité.

Faites parler l’enfant qui est en vous !

« Stay hungry, stay foolish », comme disait l’autre.

penser-comme-un-enfantUne certaine dose d’impertinence est nécessaire pour permettre à vos pensées de s’épanouir, n’ayez donc pas peur de vous laisser aller. C’est justement le but!

C’est sûr, cela ne sera pas simple pour certains; mais avec de l’entrainement, vous donnerez l’habitude à votre esprit de prendre les chemins de traverse. Encore une fois, tout est question de spontanéité.

Si les enfants sont si créatifs et qu’ils raisonnent d’une manière différente des adultes, c’est aussi parce qu’ils ne se limitent pas dans leurs questionnements. On pourrait dire que leur boite à eux n’est pas encore façonnée par les expériences de la vie, ce qui leur autorise beaucoup plus de liberté de penser.

Bien, je pense avoir dit l’essentiel de ce que me dicte mon expérience en la matière. Cet article est important pour moi car il représente l’idée maîtresse sur laquelle repose ce site.

Un petit commentaire pour me donner vos avis, vos expériences ou vos pistes pour penser out of the box m’intéressent réellement, alors un petit effort svp 😉

Merci à vous !

Recherches associées :

  • idée créative
  • www out-the-box fr
  • test des 9 points à relier
  • tricher
  • relier points out of the box

15 Réponses

  1. zenie

    Bonjour Jérémy, souvent pour penser out of the box, je me dis :  » et si je faisais le contraire de ce qu’on entend partout, elle est peut être là la solution… » alors je réfléchis, j’essaie et je peaufine au fur et à mesure vers quelque chose qui me convient de mieux en mieux.

    zenie

    Répondre
  2. Jérémy

    Bonjour Zénie, et merci pour ton commentaire.

    Effectivement, c’est une technique qui oblige à penser de manière non-conventionnelle. Tu semble avoir bien assimilé le principe de la disruption dont je parle dans l’article 😉

    Et je rebondis sur l’idée de peaufiner ses idées. Penser c’est bien, mais chercher à améliorer ses idées c’est encore mieux !

    Répondre
  3. Jérôme

    Bon,jour

    En général, c’est plus facile à dire qu’à faire. Plus on a de certitudes et de convictions et plus c’est difficile de s’en affranchir.

    Les anglais saxons ont une expression pour aider à rester simple : keep it simple stupid.

    Répondre
    • Jérémy

      Difficile, mais pas impossible. Après, je pense sincèrement que tout est question de volonté !

      Si les gens ne font pas l’effort d’essayer de changer, c’est certainement qu’ils ignorent à quel point ils peuvent modifier leur vision de la vie. Croyances limitantes, quand vous nous tenez…

      Répondre
  4. Cacahuete

    Je ne sais pas si c’est purement de la disruption mais quand je m’apprête à dire « non », je me pose la question de ce qui se passerait si je disais « oui »… je fonctionne beaucoup comme çà car j’aime bien étonner, surprendre.J’ai toujours l’impression d’avoir un sens de l’anticipation important. Je ne suis donc difficilement surprise par quoi que ce soit ou qui que ce soit.

    Répondre
    • Jérémy

      Bienvenue Cacahuete !

      Je dirais que c’est une forme de disruption, dans le sens ou tu va à l’encontre d’une réponse toute faite. Je suis pas mal comme ça aussi, à anticiper les choses et à chercher des réflexions insolites.

      Mais par contre, j’arrive toujours à être étonné par toutes sortes de choses 😉 Je crois que c’est important de garder une capacité à l’étonnement, pour avoir toujours un peu plus envie d’apprendre !

      Répondre
  5. Cacahuete

    Pour ma part, c’est un souci car c’est très rare que les autres me surprennent. Je ne sais pas forcément si c’est lié à çà. Je peux avoir un certain étonnement si c’est moi qui fait le nécessaire en fait mais que cela vienne d’une personne, c’est rare.

    Répondre
  6. Isabelle (@zaz2715)

    Nous ici au bureau, nos séances de tempête de cerveaux se font à l’extérieur près de l’eau. Nous ne disons jamais NON aux idées qui surgissent de nos discussions et nos meetings se font debout!

    Répondre
    • Jérémy

      L’usage et la vision de la créativité en entreprise au Québec semblent être beaucoup plus développés que chez nous. Je constate un nombre croissant de lecteurs canadiens et je suis heureux de voir que ce site dépasse les frontières françaises !

      Répondre
  7. manuel frechin

    Bonjour
    En travaillant sur un projet d’intervention en créativité par le clown-gestalt, et grâce aux méandres du WEB, j’arrive jusqu’à ton site. Intéressant! Le clown a beaucoup des qualités requise à la créativité. En tout cas, celui que je propose et qui proche du clown de théâtre. Si cela t’interesse nous pourrons echanger.
    Chaleureusement
    MANUEL

    Répondre
    • Jérémy

      Hello Manuel !

      Intéressant cette approche thérapeutique, j’en avais déjà entendu parler. Après (et tout en respectant ce que tu fais), j’ai toujours eu un peu de mal avec le personnage du clown. Peut-être un reliquat du film « Ça » ^^

      Cependant, je serais curieux de connaître ton approche de la créativité dans ce domaine 😉

      A bientôt !

      Répondre
  8. Gisèle

    Il y a sûrement une règle qui manque à votre exemple des 9 points. Car sans lever le crayon, il existe plein de façons de relier ces points! Pas besoin de sortir de la boîte. Quel était donc le défi de départ?

    Répondre
    • mumen

      En effet, Jérémy a oublié de spécifier deux éléments de la règle : relier les points avec de lignes droites et qu’elles soient 4 au maximum.

      Répondre
  9. Johanna

    Je n’ai jamais vraiment été dans la boite. Tu me diras « pourquoi es tu sur ce site ? « ^^ Ben enfaite je cherche à amélioré mon raisonnement déductif, à être moins faillible.
    Du coup en lisant cet article ça m’a rappeler une période plutôt récente de ma vie où j’ai voulu mieux comprendre les personnes qui m’entourait et réduire mes interprétations pour être plus à l’écoute de la vérité des gens.
    La clef principale que j’ai découvert à cette époque là c’est « l’objectivité », à savoir la capacité de me mettre à la place des autres et de voir les évènements de leur vie par rapport à leur émotion, à leur histoire. à ce moment là tu met ta subjectivité de côté, tu prends chaque personne au cas par cas et tu te libères de pas mal de stéréotypes. Tu devient plus empathique, plus proche du monde et non plus de la pensé préfabriqué.
    Il y a une autre clef c’est de s’écouté et de développé les centres d’intérêt, lecture, activités qui nous intéresse, peut importe ce qu’en pense les autres. (au pire, au début tu gardes le secret). et puis biensur développé son raisonnement, aussi bien connaissances que sens critique. pour ça la première règle devrait être de fuir les sources d’informations tel que les journaux et sources peut fiable. les journaux d’information général ont un partie prit qui détermine inconsciemment notre façon de penser. il faut favorisé des journaux qui nous poussent à réfléchir. Et les sources peut fiable t’amènent à l’erreur, à la rumeur et ça c’est seulement si leurs information sont un peut sérieuses.
    C’est tout ce qui me vient pour le moment. Quand on ne sait pas vraiment ce qu’est la boite, qu’on ne la pas vraiment visité, c’est un peut compliqué de dire comment en sortir. Il faut également développé son sens du questionnement, questionné les autres, le monde, ses actions, être curieux.
    Vlà bonne soirée,
    je vais continué ma visite je trouve ce site très intéressant !

    Répondre
  10. Ines

    Au moment où j’écris ce commentaire , je me rend compte de la vasteté de la chose , si penser outside of the box peut etre appris , c’est une teès bonne chose , dans tout les domaines , littérature , mathématiques ; ce qu’on croyait rigide devient flexible , et c’est nécessaires dans certains domaines autant que pour le bon développement de soi ; merci pour cet article , je suis sure qu’il aura été très utile .

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.