Après Lemmy Kilmister (leader du groupe Motörhead) il y a quelques semaines, c’est au tour d’une autre icône du rock – et pas des moindres ! – de nous laisser orphelins. David Bowie a en effet tiré sa révérence avant-hier (10 janvier 2016) à l’âge de 69 ans, après avoir lutté contre un cancer durant 18 mois.

Il laisse derrière lui près de 50 ans de carrière et une foule de titres inoubliables tels que Space Oddity, Heroes, Changes, Ziggy Stardust et bien d’autres encore. Mais plus qu’un chanteur, c’est aussi la disparition d’un véritable génie créatif qu’on aura a déplorer.

Tout au long de son chemin musical, l’homme n’a cessé de se réinventer jusqu’au point de côtoyer la folie à certains moments. Il était passé maître dans l’art « d’absorber » les influences culturelles du moment et se les réapproprier.

Bien entendu, tous les artistes s’inspirent des idées du monde qui les entourent. Cependant, peu parviennent à créer quelque chose d’aussi nouveau et original avec ce qu’ils trouvent. Bowie avait cette capacité à filtrer parmi une masse d’idées et d’influences pour trouver exactement ce dont il a besoin. Cela a été une composante essentielle à son succès.

Il a ainsi réintégré dans son travail diverses tendances: l’avant-garde, l’identité androgyne, la science-fiction, le minimalisme allemand, la soul, le blues ou encore le punk pour ne citer qu’elles.

Le clip vidéo de son dernier single, Lazarus (issu de l’album Black Star), nous rappelle qu’il était l’un des plus doués et insatiables innovateurs de la culture populaire.

C’était un personnage hors du commun, très intelligent et pour lequel j’ai beaucoup de respect.

J’espère que vous prendrez plaisir à découvrir la pensée de l’homme derrière l’artiste à travers ces 10 citations hommage.

Bon voyage, l’Homme des Étoiles !

David Bowie en 10 citations

J’essayais pratiquement tout. J’étais vraiment avide de découvrir tout ce que la vie avait à offrir, de la fumerie d’opium à n’importe quoi d’autre. Et je pense que j’ai fait à peu près tout ce qu’il est possible de faire. Sauf des choses vraiment dangereuses, comme être un explorateur. Mais je me suis introduit dans la plupart de tout ce que la culture occidentale a à offrir.

Peut-être que je suis fou, aussi… C’est quelque chose qui coure dans ma famille. J’ai toujours eu ce besoin répugnant d’être quelque chose de plus qu’humain. Je me sentais très chétif en tant qu’être humain. Alors je me suis dit, « rien à foutre de ça: je veux être un super-humain ! »

Je suppose que pour moi, en tant qu’artiste, tout n’a pas toujours consisté à simplement exprimer mon travail; Je voulais vraiment, plus que toute autre chose, contribuer d’une certaine façon à la culture dans laquelle je vivais.

Je suis juste une personne qui ne pense pas avoir besoin de quelqu’un d’autre pour qualifier son travail d’une quelconque façon. Je travaille pour moi.

D’un autre côté, ce que j’aime c’est que ma musique réveille les fantômes qui sont à l’intérieur de moi. Pas les démons, vous comprenez, mais les fantômes.

bowie-murciano

Un portrait coloré de David Bowie par l’artiste Patrick Murciano

Je ne sais pas où je vais, mais je sais que ça ne sera pas ennuyeux.

Je suis en admiration face à l’univers, mais je ne crois pas nécessairement qu’il y ait une intelligence ou un agent derrière lui. Je suis passionné par l’aspect visuel des rituels religieux, cependant, même si ils peuvent être complètement vides et dépourvus de substance.

Ce que je fais c’est d’écrire principalement à propos de sentiments très personnels et plutôt solitaires, et je les explore d’une manière différente à chaque fois. Vous savez, ce que je fais n’est pas terriblement intellectuel. Je suis un chanteur pop, pour l’amour du Christ. En tant que personne, je suis assez simple.

Demain appartient à ceux qui peuvent l’entendre venir.

Adolescent, j’étais douloureusement timide, renfermé sur moi-même. Je n’avais pas vraiment le cran de chanter mes chansons sur scène et personne d’autre ne le faisait pour moi. J’ai donc décidé de le faire déguisé, de façon à ce que je n’ai pas vraiment à passer par l’humiliation de monter sur scène et d’être moi-même. J’ai continué a élaborer des personnages avec leurs propres personnalités et univers. Je les mets dans des interviews avec moi! Au lieu d’être moi – qui doit être incroyablement ennuyeux pour tout le monde – je prenais Ziggy, ou Aladdin Sane ou The Thin White Duke. C’était une chose très étrange à faire.

 

D’autres articles de rockstars ici:

Recherches associées :

  • david bowie et la folie
  • citation bowie
  • david bowie citation diable
  • David bowie citations
  • je suis comme je suis citation

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.