La semaine dernière, nous avons parlé de la façon dont la créativité est communément perçue. Beaucoup pensent que c’est une qualité réservée à certains heureux élus comme les artistes, par exemple.

Je vous encourageais dans cet article à observer les personnes créatives de votre entourage. Le but était de vous démontrer qu’au-delà du talent, ces individus partagent surtout des modes de fonctionnement différents de la plupart des gens.

Et surtout, que vous pouvez vous aussi adopter ces habitudes et états d’esprit pour développer votre créativité ! Voici donc les œillères qui brident votre esprit créatif et la manière de les éradiquer, un par un. C’est parti !

1- La peur du changement

appreciez-le-changementFuyez la routine comme la peste !

Cette fameuse « zone de confort » peut paraître sécurisante, mais elle ne favorise pas la génération de nouvelles idées. C’est en la défiant, en partant à l’aventure (même à une petite échelle) que vous serez amenés à voir d’autres choses et donc à trouver d’autres idées.

En faisant toujours la même chose, on obtient jamais que ce que l’on a toujours eu.

Quelques suggestions :

  • Prendre un autre chemin pour vous rendre au travail,
  • Vous asseoir en extérieur pour résoudre un problème, écouter d’autres styles musicaux,
  • Réagir à l’inverse de votre habitude face à un problème (où vous inspirer de ceux dont vous admirez l’efficacité pour résoudre ce type de conflit),
  • Etc.

En bref, tout faire pour qu’aujourd’hui soit différent d’hier représente un pas dans la bonne direction.

2. La conformité aveugle

oter-ses-oeilleresSortez du moule !

Pour réduire votre dépendance envers les règles et les restrictions, apprenez à les voir comme des conseils flexibles plutôt que comme des principes indiscutables.

Essayez par exemple d’imaginer que toutes vos règles soient mises en attente pour un jour. Qu’est-ce que cela signifierait pour vous où pour les personnes travaillant dans votre service, au travail ?

Soyez aventureux et observez comment les nouvelles idées et actions vous viennent.

3. La peur de la critique

ne-craignez-pas-la-critiqueSoyez non-conformiste !

Si vous vous souciez sans cesse de ce que les autres pensent de vous ou de ce que vous faites, il y a peu de chances pour que votre créativité s’épanouisse.

Pour vous pousser à prendre de la distance par rapport à l’avis des autres, souvenez-vous de ces mots de Jules Renard :

La critique est aisée et le critique dans l’aisance.

La meilleure façon de vaincre la peur de l’échec est de commencer à prendre de petits risques. Quand vous verrez que vous avez survécu et que rien d’horrible ne vous est arrivé, il vous sera plus facile de partager des idées plus importantes ou plus risquées avec vos semblables.

4. Une trop grosse dépendance en la logique

attention-a-la-logiqueÉlargissez votre mode de pensée !

Notre éducation nous somme de réfléchir selon ce que nous dicte notre logique. Or (et c’est de plus en plus vrai de nos jours), de nombreuses situations nécessitent de penser autrement pour solutionner des problèmes ou simplement innover.

Alors si vous rencontrez un blocage, envisagez de faire une petite pause créative et tentez de penser « out of the box ». En contexte professionnel, cela se traduit par encourager des discussions en roue libre, lancer des idées extravagantes (en vous remémorant le conseil n°3) et accepter des réponses qui le sont tout autant.

5. Une pensée monochrome

damier-pensee-monochromeDonnez-vous du temps !

Même si nos organisations nous poussent à être toujours plus rapides et productifs (tiens tiens, cela me rappelle une certaine vidéo), il est toujours bon de prendre du recul sur ses idées.

Plutôt que de vous concentrer sur les méthodes « essayées et approuvées » du passé, prenez un peu de distance afin de voir toute la richesse d’une situation avant de prendre une décision.

Forcez-vous à voir deux ou plusieurs solutions radicalement différentes à chaque problème.

Demandez l’avis des autres et recherchez des possibilités multiples. C’est seulement après cela que vous déboucherez sur une conclusion bien pensée.

Pour conclure…

Vous avez lu cet article ? C’est une bonne chose et je vous en remercie, mais il reste à mettre ces conseils en pratique.

En les considérant réellement, vous pouvez passer d’un professionnel capable à une personne innovante, créative et porteuse de solutions.

Il ne vous reste plus qu’à choisir votre camp !

Recherches associées :

  • blocage créatif
  • la creativite prend du temps
  • exemple de blocage de la créativité
  • Quels sont les ennemis de la creativité ?

Articles similaires

3 Réponses

  1. Charly

    On peut aussi citer la non-confiance en soi !

    Pour être créatif, il faut un minimum savoir s’affirmer pour pouvoir exprimer et défendre ses idées nouvelles dans le monde, chacun à son échelle bien sûr ! Sinon, chaque bribe d’idée neuve est bridée et enfouie bien profondément dans son cerveau…

    Comment travailler ce point ? Exprimez et défendez chaque jour une idée nouvelle vis-à-vis de vos collègues, de votre famille, de vos amis…. Vous n’êtes pas obligé d’adhérer à cette idée, simplement, débattez !

    Répondre
    • Jérémy

      Bonjour Charly et merci de ton commentaire. Je suis d’accord avec toi concernant la non-confiance en soi, même si finalement c’est un peu ce que préconise le conseil concernant la peur des critiques. Lorsqu’on a confiance en soi, on sait prendre celles-ci avec suffisamment de recul pour ne pas juger exclusivement son travail par leur biais.

      Concernant ton conseil, je ne peux également que l’approuver. D’ailleurs, débattre est déjà un plaisir en soi. Si l’on en prend l’habitude, on se rend rapidement compte qu’on ne peut plus s’en passer et c’est aussi un bon moyen pour faire naître de nouvelles idées !

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.