Pourquoi croit-on en Dieu ? Quel est le sens de la croyance en une religion pour nous autres humains ? Nous permet-elle de nous accomplir sur le plan spirituel, ou au contraire est-elle une entrave à notre épanouissement ici-bas ? Autant de réflexions soulevées par le brûlant essai « Illusions dangereuses » de Vitaly Malkin.

Pour beaucoup, croire en un dieu est une façon de conduire sa vie sous des principes vertueux dans l’espoir d’être récompensé pour sa bonne conduite une fois notre vie terrestre achevée.

Mais tout le monde n’est pas de cet avis. Pour Vitaly Malkin comme pour nombre d’athées ou d’agnostiques, la croyance religieuse est avant tout est un frein à notre bonheur et notre accomplissement personnel.

Vitaly Malkin est un intellectuel russe à la personnalité et au parcours atypiques.

Après avoir été ingénieur puis banquier en Russie, il s’est lancé dans la vie politique et a été élu sénateur. Retiré depuis plusieurs années en Europe, ce polyglotte amoureux de la civilisation française consacre son temps à l’écriture et à différentes œuvres philanthropiques.

Sa philosophie ? Militer pour le bonheur, pour la vie ici-bas sur notre Terre. Son premier livre illustre sa lutte contre des croyances néfastes, qu’il appelle des « illusions dangereuses ».

« Illusions dangereuses », un brûlot anti-religion

Dans les « Illusions dangereuses », publiées en mai dernier aux éditions Herman, le philanthrope Vitaly Malkin alerte l’humanité contre les dangers des Illusions que constituent les religions.

L’essai – forcément polémique – de celui qui se présente comme un « soldat de la laïcité » a été présenté au prestigieux Crazy Horse en compagnie du romancier Frédéric Beigbeder et de l’acteur Vincent Cassel. Il s’agit d’un livre documenté et argumenté de manière quasi scientifique, qui va à rebours du discours dominant actuel.


Cliquez sur l’image pour accéder
à l’article sur Amazon

« Le 21 e siècle sera religieux ou ne sera pas ». Cette célèbre formule d’André Malraux semble particulièrement pertinente aujourd’hui, avec le constat d’un retour du religieux et ce dans toutes les cultures monothéistes.

Si la barbarie islamiste et les signes extérieurs de soumission à l’Islam en Europe sont les symptômes les plus visibles de ce mal, l’auteur soutient que toutes les religions monothéistes sont concernées.

Selon le philanthrope, cet obscurantisme fait partie de l’ADN des religions. C’est précisément pour cette raison qu’il souhaite les combattre, comme il l’explique lui-même :

« Mon rejet du monothéisme a pour raison première la conviction qu’il a marqué un point d’inflexion magistral dans l’histoire de l’humanité […]. L’acceptation de la doctrine du monothéisme a considérablement freiné les progrès de la civilisation humaine, et, quels qu’aient été ses efforts durant des siècles, elle n’a pas réussi à rendre les Hommes plus heureux, bien au contraire. »

Et l’intellectuel de préciser :

« L’idée acceptable serait celle d’un grand horloger qui a lancé toute la boutique, et la fait tourner. Mais l’application qui impose des contraintes pesantes pousse en réalité les peuples vers la prière et non vers les progrès sociaux. Quand le recueillement et la piété sont présentés comme une source de plaisir, alors l’exercice de manipulation est à son paroxysme. »

« Manipulation », le mot est lancé. En présentant la croyance en Dieu comme source principale d’accomplissement et seul salut de l’Homme, les religions placent ce dernier en position de débiteur et le dépossèdent de la jouissance des plaisirs terrestres.

Mais avant cela, ce pamphlet soulève d’abord une réflexion essentielle et assez logique : « pourquoi l’humanité continue-t-elle de croire en les religions alors que celles-ci la font souffrir ? »

Une question aussi intéressante qu’actuelle qui s’appuie sur des références de textes puisés chez les grandes figures des religions monothéistes, fruit d’un colossal travail de recherches.

Dans la droite lignée du philosophe grec Épicure, Vitaly Malkin prône la vie terrestre débarrassée des dogmes religieux. Ca n’est qu’à ce prix, d’après lui, que nous accèderons à une existence en accord avec notre essence profonde : la recherche de plaisir et de bonheur authentique.

Aussi sérieux que soit son sujet, il est pourtant rédigé dans un style accessible. Sa lecture est donc à la portée de tous ceux qui s’intéressent à ces questions.

Quelle est votre opinion sur ce sujet sensible ? Pensez-vous que le fait de suivre les préceptes d’une religion bride notre liberté ? Ou, au contraire, que la spiritualité nous permet de transcender notre existence physique ?

Vos opinions sont attendues en commentaires !

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.