Non, cet homme n’est pas l’homme invisible (même si c’est le surnom qu’on lui donne).

Liu Bolin est un artiste chinois originaire de la province de Shandong. Né en 1973, il vit et travaille à Pékin.

En 1995, il obtient sa licence en Beaux-Arts au Collège de Shandong et devient sculpteur. Il enseigne cet art pendant 4 ans avant de partir pour Pékin et d’obtenir son master en Beaux-Arts, en 2001.

Lorsque le quartier d’artistes où il vit est rasé par le gouvernement chinois, son travail prend un tournant plus militant. Il prendra sa 1ère photo devant les ruines de son ancien atelier, en 2006.

liu-bolin-1

Depuis, son travail a été exposé dans les musées du monde entier.

Cache-cache dans la ville

Les travaux les plus connus de Liu Bolin proviennent de sa série “Hiding in the City” (« se cacher dans la ville »).

Ces performances artistiques ont débuté en 2005. Aidé par ses assistants, Liu se tient debout durant des heures pendant que ses assistants peignent son corps afin qu’il se fonde dans le décor environnant.

Une démarche forte en significations, visant à utiliser l’art du camouflage pour protester contre le manque de protection des artistes chinois vis à vis de leur gouvernement.

Le but de la démarche n’est ainsi pas de disparaître en tant qu’individu, mais d’attirer l’attention sur les ravages d’un développement économique et urbain galopant sur certaines communautés.

Lorsqu’il n’y a plus de place pour l’humain, seul le décor demeure. Les performances de Bolin se font écho de cette réalité, dans une sorte d’attente silencieuse où l’humain perd sa faculté à s’intégrer.

Il déclare d’ailleurs :

Mon intention n’est pas de disparaître dans l’environnement mais plutôt de le laisser prendre possession de moi.

De mon point de vue, le sens de la vie des êtres humains a été constamment anéanti depuis la société moderne. Dans cette évolution rapide, les gens s’effacent à mesure que leur milieu de vie s’améliore. Quelle belle contradiction!

Je choisis de me cacher dans différents milieux car chacun a sa propre signification.

Ces lieux peuvent être des zones de construction, des espaces commerciaux, des monuments historiques, des jardins ou encore des espaces d’art publics. »

Suite à sa série Hiding in the City à Pékin,  Liu Bolin a poursuivi l’expérience avec des performances réalisées à Venise et à New York. Il dit avoir choisi Venise pour son importance dans l’art occidental traditionnel, et New York pour la puissance des conflits sous-jacents entre les humains et les objets qu’ils créent.

Avant de commencer la rédaction de cet article, j’avais surtout été attiré par l‘originalité de sa démarche artistique (se peindre soi-même pour se confondre avec le décor). Mais en me documentant sur Liu Bolin, j’ai saisi toute la portée de ses actes créateurs.

C’est ce genre d’œuvres qui porte un réel message, une revendication. Je suis heureux de pouvoir transmettre celle de Liu dans cet article !

Découvrez les œuvres de Liu Bolin !

Recherches associées :

  • comment se fondre dans le décor
  • ffondre une image dans une autre art
  • Homme qui se fond au decors
  • https://www out-the-box fr/liu-bolin-lart-de-se-fondre-dans-le-decor/
  • idée photos se fondre dans le decor

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.