Voilà un article un peu différent de d’habitude. Le genre d’articles qui font vraiment réfléchir, même si le point de départ peut sembler futile (ici en l’occurrence,  un dessin animé).

Un peu comme cette histoire de galets qui prônait les vertus de la pensée latérale.

Ainsi, je suis tombé il y a quelques temps sur une excellente réflexion d’un sujet auquel j’avais déjà consacré un article: l’ostracisme.

En résumé, l’ostracisme est ce mal social consistant pour certaines personnes à en rejeter volontairement d’autres pour des raisons arbitraires.

L’exemple typique est le fameux « délit de sale gueule » qui consiste à rejeter quelqu’un parce-qu’il ne correspond pas aux critères physiques acceptables par le groupe. Mais les causes de rejets peuvent être bien plus diverses et insidieuses…

L’exemple qui suit prend brillamment l’exemple de La Belle et La Bête pour dénoncer cette pratique. C’était tellement bien vu et intelligent que j’ai eu envie de partager cette réflexion avec vous.

Bonne lecture, et n’hésitez surtout pas à partager toutes vos impressions en commentaires suite à l’article !

(Traduit de l’anglais par mes soins).

Une autre lecture de La Belle et la Bête

Si vous avez vu La Belle et La Bête pendant votre jeunesse, alors vous vous souvenez sans doute à quel point vous haïssiez Gaston. Mais si je vous disais que c’est en réalité plus profond que ça ?

Ce qui est vraiment effrayant concernant La Belle et la Bête, ce n’est pas que Gaston existe mais que la société l’adore. Les gens qui limitent le film à une métaphore du syndrome de Stockholm ignorent qu’il traite en fait des différentes façons dont les gens vraiment honnêtes se font exclure par la société.
gaston-belle

Gaston: « Ce n’est as bon pour une femme de lire. Bientôt elle commence à avoir des idées. Et à penser. »
Belle: « Gaston, vous êtes vraiment primitif. »

Les gens ne font pas confiance à la Bête en raison de sa « monstrueuse » apparence. Cela n’a pour seule conséquence que de nourrir sa colère et de l’éloigner encore plus d’eux.

Gaston n’est pas le seul à critiquer Belle pour son amour des livres. Toute la ville dit qu’il doit y avoir quelque chose qui ne tourne pas rond chez elle. Quant à son père, il a été jeté dans un asile psychiatrique simplement parce-qu’il était un peu excentrique.

belle-pèreParlons à présent d’Howard Ashman, qui a collaboré à la bande originale du film et a eu une énorme influence sur son histoire et les thèmes qui y sont abordés. Ashman était un homme homosexuel qui est mort du SIDA peu après la fin de la production du film. Si vous regardez La Belle et La Bête avec cela à l’esprit, son message implicite devient clair.

Gaston démontre que les brutes sont récompensées et aimées par la société tant qu’ils possèdent un certain ensemble de caractéristiques, tandis que de belles personnes sont ostracisées. L’histoire d’amour entre Belle et la Bête est une façon pour eux de trouver du réconfort l’un auprès de l’autre après que la société les aient rejetés.

Remarquez comment La Bête réagit quand toute la ville vient pour lui, à la fin du film. Il n’est pas en colère, il est triste. Il est fatigué. Et il abandonne presque parce qu’il n’a plus rien qui compte pour lui. Mais ensuite, il voit que Belle est revenue pour lui, et tout à coup il revit.

Dans le conte originel, la Bête demande à Belle de l’épouser chaque nuit, et le charme est finalement rompu quand elle accepte enfin. Dans le film de Disney, il attend qu’elle l’aime parce qu’il ne peut pas s’aimer lui-même. C’est dire à quel point être mis au ban de la société et entendre que vous êtes un monstre toute votre vie peut vous affecter mentalement jusqu’à ne plus vous faire sentir humain.

2

La société récompense les tyrans parce que nous avons été amenés à croire que leurs victimes le méritent, d’une façon ou d’une autre. Que si quelqu’un ne rentre pas dans le moule, il doit alors être « remis à sa place » ou détruit. Et ce film démontre que cette façon de penser est erronée.

Cela va tellement plus loin que le simple message « sois toi-même » qu’on prête au film… C’est un véritable plaidoyer pour la tolérance et le droit à la différence.

Vous aimez Disney? Vous allez adorer ces photos de stars mis en scènes dans des univers Disney 😉

Recherches associées :

  • dessin monstre bete
  • monstre la belle et la bete
  • morale belle et la bete
  • morale conte de la belle etla bête
  • morale de la belle et la bête

Articles similaires

Une réponse

  1. Emma

    Bonjour, nouvelle sur le blog 🙂 Votre papier m’a plu et m’a fait penser au monstre Hitler qui a voulu lui aussi irradier tous les gens qui n’étaient pas blonds aux yeux bleus.

    Et aussi à quel point le regard des gens peut affecter la vie d’une personne jusqu’à la rendre complexée.

    Merci pour cette autre lecture de la fable et j’espère vous relire bientôt !

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.