Banco, Millionnaire, Vegas, Astro…

Vous vous êtes peut-être déjà laissé tenter par un  jeu de grattage. Très accessibles financièrement, ces jeux de chance peuvent rapporter gros si vous êtes vraiment en veine.

Si vous êtes tombé sur cet article, vous vous demandez sans doute comment gagner aux jeux de grattage. Eh bien au risque de vous décevoir, il n’existe pas de formule magique pour cela, bien que quelques statistiques soient utiles à connaître pour optimiser vos chances !

Derrière ce lien, vous trouverez par exemple la liste des jeux de grattage les plus rentables.

Mais là n’est pas l’objet de cet article. Ici, nous allons nous intéresser à l’origine des jeux de grattage et explorer leur évolution jusqu’à nos jours.

Votre curiosité est en position « ON » ? Alors c’est parti pour une petite session de culture G comme on les aime !

Les premières cartes à gratter

Dans les années 60, de nombreuses épiceries américaines distribuaient à leurs clients des cartes recouvertes d’un revêtement cireux.

Destinées à fidéliser ces derniers, ces prémices des jeux de grattage modernes pouvaient leur faire gagner de petits prix (parfois moins d’un cent). Même si le gain était négligeable, les clients les adoraient pour l’espoir de gratification immédiate qu’elles faisaient naître en eux.

Dans le même temps, des loteries non instantanées à enjeux plus élevés ont été introduites aux États-Unis, comme le New Hampshire Sweepstakes (rebaptisé plus tard « New Hampshire Lottery ») apparu en 1964.

À l’origine, le jeu était basé sur les résultats des courses hippiques. Les tickets n’ont été vendus qu’après que l’état du New Hampshire ait autorisé leur commercialisation en mars 1964.

John Koza et Dan Bower, les inventeurs du jeu de grattage moderne

Dans les années 1960, John Koza et son superviseur Dan Bower travaillaient dans l’une des entreprises qui imprimaient ces cartes à gratter gratuites destinées aux épiceries.

Ils ont alors eu l’idée de transformer ces cartes de faible valeur en un produit destiné aux commissions des loteries d’États qui existaient déjà à l’époque.

john-koza

John Koza, l’un des deux hommes à qui l’on doit les jeux à gratter modernes

En ce temps-là, ces loteries ne proposaient que des jeux du type tombola où un numéro à six chiffres était imprimé sur un ticket. Le gagnant était ensuite annoncé chaque samedi lors d’un tirage.

Pour Koza, il était évident qu’ajouter la dimension de gain instantané ne ferait qu’augmenter l’attrait du public pour ces jeux. Plus besoin d’attendre le tirage du samedi : le joueur était directement fixé sur son gain potentiel.

Une vraie révolution !

Cependant, les deux compères ont d’abord dû résoudre un problème avant de lancer leur concept.

Les cartes gagnantes contenaient généralement des indices subtils, comme des marques ou des tâches qui laissaient deviner le prix qu’elles renfermaient.

Koza et Bower ont résolu ce problème en imprimant leurs cartes en plus grands lots, et en imaginant de multiples petites différences entre tous les billets.

Au début des années 1970, Koza et Bower s’envolent ainsi pour Boston où ils obtiennent du soutien pour leur nouveau produit.

Un succès immédiat

Lorsque les premières cartes à gratter sont mises en vente à Boston en 1974, le succès est retentissant.

Les clients envahissent les magasins et achètent les jeux à gratter par poignées. Les files d’attente s’étirent le long des rues, à tel point que les magasins doivent se réapprovisionner à la hâte pour assurer la demande.

Les ventes dépassent les espérances les plus folles de leurs créateurs et font rapidement d’eux des hommes riches.

Les premières années, les cartes à gratter étaient conçues pour être attrayantes et célébraient parfois des attractions touristiques ou présentaient des œuvres d’art.

Améliorations du concept

À la fin des années 80, un scientifique nommé Jerome Greenfield a créé le revêtement non toxique à base d’eau qui est aujourd’hui encore utilisé sur les cartes à gratter.

Celui-ci a la particularité de pouvoir être gratté assez facilement tout en étant résistant à l’abrasion normale.

Il s’agissait d’un bond en avant dans la technologie des cartes à gratter car auparavant, le revêtement utilisé pouvait se craqueler ou être difficile à gratter.

Internet, le nouvel eldorado des jeux de grattage

Alors que les jeux d’argent sur Internet n’en étaient qu’à leurs débuts, les cartes à gratter étaient déjà au sommet de leur popularité.

Et malgré l’introduction des jeux en ligne, les cartes à gratter traditionnelles ont continué à être immensément populaires.

Néanmoins, il n’a pas fallu longtemps pour que des sociétés réalisent qu’en déplaçant ces jeux en ligne, les jeux proposés pouvait gagner en variété et l’expérience de l’utilisateur être améliorée.

Les jeux de grattage en ligne modernes utilisent des animations, des effets sonores et des graphismes élaborés. L’expérience devient ainsi plus excitante et immersive afin de rivaliser avec l’atmosphère d’un casino.

Et comme les coûts d’impression et de fabrication n’entrent plus en ligne de compte, les cartes à gratter des loteries en ligne peuvent être vendues à un prix plus bas sans que le montant des prix ne diminue.

Quant au retrait direct des gains, il facilite la participation et renforce encore l’intérêt pour les joueurs !

Cet article vous a appris quelque chose ? Partagez-le et répandez le goût de la curiosité à votre entourage !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.