On oppose souvent la pensée logique à la pensée « latérale ». Cette dernière, appelée lateral thinking en anglais, est un concept théorisé par Edward de Bono (éminent spécialiste en créativité et auteur du fameux livre Les six chapeaux de la réflexion).

Penser « latéralement » c’est considérer une situation, un problème d’un point de vue unique ou inattendu. C’est ce qu’on appelle communément la pensée « out of the box »!

De Bono explique que les tentatives typiques de résolutions de problèmes impliquent une réflexion linéaire, étape par étape. Pourtant, emprunter des chemins de traverse dans sa logique de pensée permet de réexaminer une situation ou un problème du point de vue tout à fait différent et plus créatif.

A-lire-sur-le-meme-thèmeÊtre un penseur latéral induit de nombreux avantages. Voici quelques exemples de son utilisation:

  • Les avocats et les détectives peuvent utiliser la pensée latérale pour tenter de résoudre des crimes. Souvent, la séquence des événements à reconstituer n’est pas aussi simple qu’elle n’y paraît.
  • C’est une technique particulièrement utile pour les étudiants en arts créatifs. Lors de l’écriture d’une nouvelle, par exemple, la pensée latérale est très efficace pour trouver des idées de rebondissements et de péripéties.
  • Les chercheurs utilisent aussi ce type de pensée pour évaluer des preuves ou interpréter des sources. Penser « out of the box » se révèle alors être utile pour faire des déductions inédites !

Pour illustrer mes propos, je vous invite à lire le conte qui suit. N’hésitez pas donner vos impressions en commentaires !

Le conte des 2 galets

caillouxIl y a bien longtemps de cela, dans une petite ville italienne, un marchand eut le malheur de devoir une grosse somme d’ argent à un usurier.

Le prêteur sur gages, un homme vieux et laid, convoyait la belle fille du marchand et lui proposa donc un marché. Il lui dit qu’il renoncerait à sa dette si celui-ci lui accordait la main de sa fille. Bien sûr, le marchand comme sa fille ont été horrifiés par cette proposition.

L’usurier leur expliqua la nature du marché qu’il leur proposait. Il leur dit qu’il mettrait un caillou noir et un caillou blanc dans un sac vide et que la jeune fille devrait en choisir un à l’aveugle.

Si elle choisissait le caillou noir, elle deviendrait la femme de l’usurier et la dette de son père serait oubliée. En revanche, si elle saisissait le caillou blanc, elle n’aurait pas besoin de se marier avec lui et la dette de son père serait là encore oubliée.

Si elle refusait de prendre un caillou, son père serait jeté en prison .

Ils étaient debout dans le jardin du marchand, sur ​​un chemin parsemé de cailloux. Pendant qu’ils parlaient, le prêteur se pencha pour ramasser deux cailloux. Alors qu’il les ramassait, le regard aiguisé de la jeune fille remarqua qu’il avait mis deux cailloux noirs dans le sac.

Il demanda ensuite à la fille de plonger sa main dans le sac pour choisir un caillou.

Qu’auriez-vous fait à la place de la fille ? Si vous aviez dû la conseiller, que lui auriez-vous dit ?

En réfléchissant bien, trois possibilités viennent à l’esprit:

1. La jeune fille refuse de prendre un caillou.

2. Elle dénonce la supercherie en disant qu’il y a deux cailloux noirs dans le sac. Ce faisant, elle expose le prêteur comme un tricheur.

3. Elle prend un caillou noir et se sacrifie pour sauver son père de sa dette et de l’emprisonnement.
.
.
.
.
.
.

Le but de cette histoire est de nous faire apprécier la différence entre la pensée latérale et la pensée logique. Voici ce que fit la jeune fille.

Elle plongea sa main dans le sac et en tira un caillou. Sans regarder, elle le laissa tomber sur le chemin au milieu des autres. Dans ce cas, impossible de le distinguer des autres cailloux.

« Oh, comme je suis maladroite», s’exclama-t-elle. « Mais peu importe, si on regarde celui qui reste dans le sac on pourra dire celui que j’avais pris. »

Puisque le caillou restant était forcément noir, il fallait supposer qu’elle avait ramassé le blanc. Et comme le prêteur n’osa pas avouer sa malhonnêteté, la jeune fille a changé ce qui semblait être une situation impossible en une position avantageuse.

Morale de l’histoire: on peut trouver une solution à la plupart des problèmes complexes. Mais parfois, nous devons simplement y réfléchir d’une manière différente.

Et vous, vous avez plutôt tendance à réfléchir de manière logique ou a penser hors des sentiers battus ?

Recherches associées :

  • concept de pensée latérale pdf
  • la penser latérale

9 Réponses

  1. Dorian

    Bonjour,

    Je connaissais cette histoire mais j’ai eu du mal me souvenir de la chute. C’est étonnant de se dire qu’il peut toujours y avoir des solutions différentes qui paraissent juste évidentes quand on les a sous les yeux.

    Bien amicalement,
    Dorian

    Répondre
    • Jérémy Ouassana

      Bonjour Dorian !

      C’est ça tout le pouvoir d’une pensée créative, et cette histoire montre bien les avantages qu’on peut en tirer. C’est ce que j’essaye de promouvoir ici: une pensée originale et maligne qui nous permet de voir les choses (les problèmes ou la vie en général) sous un autre angle, plus créatif 😉

      Répondre
  2. Jean-François

    Bonjour Jeremy,
    encore un très bon article !
    Accepteriez-vous que je le cite en référence dans un futur post sur http://www.anti-deprime.com ?

    Encore bravo pour la qualité de votre site en général et vive la créativité, remède anti-déprime par excellence. 🙂
    A bientôt.

    Répondre
  3. Morgan

    Nous avons pour la plus part je pense bien trop tendance à résoudre les problèmes de manières trop logiques , je m’entraînerais à penser de cette manière plus souvent pour sûr ! 🙂

    Répondre
  4. fanny

    Une histoire que j’aime autant (je crois l’avoir lue dans un livre de Paul Watzlawick mais sans certitude totale);
    Au cours d’une insurrection, un gradé militaire a reçu l’ordre de tirer sur la foule. L’idée le répugne : il combat des ennemis, pas des femmes et des enfants désarmés, mais il est loyal envers son gouvernement.
    Il annonce : « Je suis ici avec la troupe pour tirer sur la canaille. S’il y a parmi vous des honnêtes gens, veuillez quitter la place pour que je puisse travailler ».

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.