L’Islande! Cette île volcanique perdue au milieu de l’Océan Atlantique ne compte que 320 000 habitants (soit un peu moins que la seule ville de Nice), mais compte pourtant nombre d’artistes reconnus sur la scène internationale.

Mais pourquoi une si petite population contient-t-elle autant de talents, dans les domaines de la musique et de la littérature notamment ?

drapeau-Islandais
Bien sûr, il y a Bjork. Chanteuse à la voix unique et à la sensibilité exacerbée, elle était déjà connue du grand public avant même de recevoir le Prix d’Interprétation Féminine au festival de Cannes. C’était en 2000, pour sa prestation remarquable dans le bouleversant Dancer in the Dark de Lars von Trier.

Cumulant les récompenses musicales, son univers étrange, tantôt sombre tantôt coloré, en fait une personnalité à part dans le milieu aseptisé du showbiz. Mais elle n’est plus la seule représentante islandaise à donner un coup de pied dans la fourmilière du monde préconçu de la musique.

SigurSigur-Ros Rós est LE groupe islandais du moment. Et le moins que l’on puisse dire, c’est qu’ils font aussi preuve d’une créativité à toute épreuve! Le chanteur Jón Þór Birgisson est même allé jusqu’à créer sa propre langue, le vonlenska, pour lui permettre de chanter des sons qui se fonderont parfaitement avec la musique minimaliste et aérienne de ce groupe pas comme les autres (ça me rappelle un certain Tolkien).

Il utilise également un archet de violoncelle pour jouer de la guitare, produisant des sonorités nouvelles. Parmi leurs autres créations, un album sans titre, ni noms de chansons, simplement appelé ().

Mais cette recherche permanente de nouvelles idées ne les empêche pas de toucher au succès populaire, puisque leurs tournées internationales sont toujours complètes et que nombre de leurs chansons ont été utilisées au cinéma.

Vous les avez peut-être déjà entendu dans les films Vanilla Sky, Un Prophète, 127 Heures, L’Odyssée de Pi ainsi que dans de nombreux jeux vidéos.

Défier les conventions

La liste de chanteurs islandais dépassant les frontières de l’île pourrait s’allonger avec Asgeir, GusGus, Of Monsters and Men, Emiliana Torrini, FM Belfast ou encore Retro Stefson. Mais la musique n’est pas le seul milieu où la créativité islandaise s’exprime.

De nombreux auteurs ont aussi réussi à exporter leur talent au-delà de leur terre natale. Le plus fameux d’entre eux restera sans doute Halldór Laxness, prix Nobel de littérature en 1955 et prix International de la Paix en 1962.

Mais aujourd’hui d’autres auteurs sortent du lot. C’est le cas d’Arnaldur Indriðason, considéré comme le nouveau maître du polar mondial. Ses romans (dont les intrigues se déroulent toutes en Islande) doivent leur originalité et leur puissance à la vie et aux mœurs particulières des habitants de ce pays peu enclin à s’ouvrir à l’Europe, et pourtant doté d’une ouverture d’esprit à faire pâlir tout défenseur de « La Manif Pour Tous » !

C’est aussi l’Islande, et ses paysages, qui ont fait le succès de Rúnar Rúnarsson (à ne pas confondre avec un autre Rúnar Rúnarsson qui lui est le meilleur joueur de poker islandais, ayant notamment participé à plusieurs tournois internationaux sous les couleurs de Poker Stars).

Rúnar, donc, est un  jeune réalisateur dont le court-métrage The Last Farm avait été sélectionné pour les Oscars 2006 :

[youtube id= »Oh7sQ4hPnyk » width= »600″ height= »350″]

Et la créativité islandaise ne s’arrête pas aux artistes. Les politiques, comme Jón Gnarr, l’actuel maire de Reykjavik, la capitale Islandaise, suivent aussi le mouvement.

Ancien comédien et chanteur de punk, il arbore de nombreux déguisements lors de ses apparitions comme à la traditionnelle Gay Pride de Reykjavik, ou lors du passage de Lady Gaga en 2012 pour la promotion de la paix dans le monde.

jon-gnarr-lady-gaga

Jon Gnarr et Lady Gaga

Au final, ce sont tous les islandais qui font preuve d’une grande créativité. Ils ont écrit et se sont transmis de génération en génération leur riche mythologie et leurs légendaires sagas. D’ailleurs, une majorité d’entre eux croit aujourd’hui encore à l’existence d’elfes et de trolls vivants au sein de leur nature unique.

La véritable force des Islandais c’est d’abord de bouleverser les codes, défier les conventions. Comme si ces paysages irréels et déserts, ces cascades, ces aurores boréales, ces glaciers infinis et ce climat nordique impitoyable, les avait poussés à aller chercher dans leur imagination des choses que nul français ou espagnol n’aurait jamais pu concevoir. Comme si l’isolement et l’austérité étaient des facteurs propices à la création et à l’explosion de l’imagination.

Et vous, connaissez-vous l’Islande ? Si vous y êtes déjà allé, avez-vous remarqué ce climat favorable à la créativité ?

Allez, bless bless (au revoir en islandais) les amis !

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.