Si je vous dis qu’on parle d’un club de stars du rock, ça vous fait rêver ? Ok, et si maintenant je précise qu’il s’agit d’un club de rockstars mortes, vous voulez toujours en être ?

Le « club des 27 » est le nom que l’on a donné à un groupe d’icônes du rock disparues de manière tragique, toutes à l’âge de 27 ans. Certaines, plus anecdotiques, sont venues s’y greffer au fil du temps.

Mais on retient un « noyau dur » de légendes du Rock N’Roll constitué des suivants :

 

  • Brian Jones, guitariste des Rolling Stones, mort noyé à 27 ans en 1969
  • Jimi Hendrix, succombe d’une overdose en septembre 1970
  • Janis Joplin le suit, moins de 3 semaines plus tard, pour la même raison
  • Jim Morrison, leader des Doors, meurt d’une crise cardiaque en juillet 71
  • Kurt Cobain enfin, chanteur du mythique groupe Nirvana, se suicide par balle en avril 1994.

Plus récemment, on a voulu y ajouter Amy Winehouse suite à son décès en juillet 2011. Pourquoi pas, après tout elle partage l’âge de sa mort avec les autres mentionnés ci-dessus. Quant à partager leur aura, c’est une autre histoire…

Edit du 27/03/2014: Comme l’a très justement fait remarquer Aurore en commentaire, je n’ai pas mentionné Robert Johnson dans cette liste. Il est pourtant le premier musicien connu à être entré dans cette funeste catégorie. Robert Johnson est un guitariste de blues des années 30 à l’histoire entourée de mystère.

Cliquez ici pour en apprendre plus sur ce guitariste qui aurait pactisé avec le Diable !

Pour ceux qui veulent aller plus loin, je vous conseille de lire cet article du Monde qui en parle un peu plus en détail.

Recherches associées :

  • le club des 27 et leurs histoires

4 Réponses

  1. Aurore

    Je ne fête pas toujours mon anniversaire, mais j’ai tenu à fêter mes 27 ans pour adresser un petit clin-d’oeil à ce cher Club dont tant de membres ont bercé mon adolescence…

    Il y a effectivement eu débat sur l’intégration ou non d’Amy Winehouse… A l’époque, cela m’a inspiré deux réflexions : d’une part, pour toi et moi qui n’avons pas connu les monstres sacrés du Club des 27 de leur vivant (excepté Kurt Cobain, très jeunes), il est naturel de leur associer une aura particulière dans la mesure où nous avons été imprégnés de leur légende… Mais qui sait si Winehouse n’inspirera pas, dans 25 ans, une fascination équivalente à celle que Morrison a laissé – bon, même si je doute de trouver un jour son recueil de poèmes sur la table de nuit de mes enfants… D’autre part, drôle d’idée de discuter la légitimité d’une célébrité à entrer dans un club de personnes mortes à 27 ans ! Est-ce un tel honneur, de ne vivre qu’un tiers de vie, pour qu’une telle étiquette se « mérite » ? 😉

    Pour terminer, une petite anecdote sympa sur le Club des 27 : il compte aussi Robert Johnson, grand bluesman à la biographie chichement documentée, décédé en 1938 dans des conditions mystérieuses. Piètre guitariste aux alentours de ses 20 ans, il se serait soudainement révélé virtuose en s’installant dans une nouvelle ville… Les décennies aidant, la rumeur de son pacte avec le Diable est devenue un mythe. Si tu as vu O’Brothers, tu auras compris de qui les frères Cohen se sont inspirés !

    Répondre
    • Jérémy Ouassana

      Ah, Aurore ! Merci beaucoup pour ce long commentaire bien argumenté 😉

      Je ne sais pas ce que je donnerais pour avoir une machine à remonter le temps. Je me ferais tous ces fantastiques concerts qui ont pu avoir lieu avant ma naissance ou lorsque j’étais trop jeune. Led Zep’, Pink Floyd, les Beatles, les Stones, les Doors et j’en passe…

      Pour Amy, même si c’était une bonne artiste dans le fond, je trouve qu’elle n’avait pas l’aura de ses prédécesseurs. Personnellement, j’ai plus retenu ses frasques et son look de junkie que sa musique. Elle avait quelque chose, mais elle l’a gâché bien avant sa triste fin.

      Sinon, Robert Johnson… Ah oui, tu dois sans doute parler de ce Robert Johnson 😀

      Au plaisir de te revoir commenter par ici 😉

      Répondre
  2. Aurore

    Merci à toi, je ne me lasse décidément pas de naviguer par ici.

    Et oui, je parlais bien de ce Robert Johnson… euh… c’était justement un test pour voir si tu te souvenais bien de tes propres articles ! Et, euh, tu l’as réussi, félicitations ! 😉

    Répondre
  3. Jérémy Ouassana

    Ah ah, ton commentaire m’a bien fait sourire ! Ceci dit, c’était bien de mentionner Robert Johnson. Les lecteurs curieux auraient ainsi pu avoir envie d’en découvrir plus sur l’un des pères fondateurs du blues 😉

    Je vais voir pour éditer le présent article pour y inclure Mr Johnson.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.