sperm-old-pictureEh oui, il n’y a pas qu’au niveau économique que c’est la crise !

Par rapport à 1950, le nombre et la qualité des spermatozoïdes ont chuté de 50%. La faute à qui ? A ce qu’on appelle les « perturbateurs endocriniens », soit les substances chimiques que l’on ingère ou respire au quotidien. Attention donc (entre autres) aux plastiques souples, emballages alimentaires et autres produits de soins courants.

Une récente étude espagnole a d’ailleurs montré que près de 6 espagnols sur 10 ont un sperme de qualité inférieure aux normes de l’OMS (Organisation Mondiale de la Santé).

Et tant que nous en sommes à parler de spermatozoïdes, j’en profite pour vous partager cette info glanée dans le dernier numéro de Ça M’intéresse. Si on a longtemps pensé que ces derniers s’agitaient de manière désordonnée vers l’ovule, il n’en est rien en réalité. En fait, ils calculent continuellement la concentration en calcium larguée par le gamète femelle pour adapter leurs trajectoires vers l’ovule.

Comme quoi, c’est pas si bête un spermatozoïde !

Recherches associées :

  • couchemar dsperme
  • cours de sperme
  • cours du sperme

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.