Le Burning Man 2013 s’est achevé le 2 septembre dernier.

Le Burning Man, je vous en avais parlé l’année dernière dans cet article. C’est un festival d’art et de musique qui se tient chaque année dans la ville éphémère de Black Rock, dans le Nevada (USA).

burning-man-2013
Cette année, ce sont 68 000 chanceux venus du monde entier qui se sont retrouvés pour faire la fête et célébrer la créativité. Le festival Burning Man, qui a fêté ses 27 ans lors de cette édition, a permis à ses participants de se couper du monde dans un environnement flamboyant et au milieu d’une communauté unique.

Tous les ans, le festival adopte un thème différent. Cette année, c’est John Frum qui était mis à l’honneur.

Mais qui est cet homme ?

La légende de John Frum

Au début de la seconde guerre mondiale, les américains investissent certaines îles du Pacifique pour y construire des bases militaires. Ils s’installent notamment sur celle de Tanna, dans l’Archipel du Vanuatu.

L’arrivée des GI’s bouleverse l’existence des habitants, vivant encore de manière primitive. Ils sont ébahis devant toutes les richesses que leur apportent ces « hommes venus de nul part » : véhicules, machines à laver, radios, conserves de viande, friandises, etc.

cargo-cult-john-frum

John Frum, l’homme venu de nul part et bienfaiteur de l’humanité.

Des biens et des technologies largement perçus comme magiques et d’origine divine pour eux. Et lorsque les soldats se présentent avant de leur faire découvrir ces nouvelles merveilles, ils disent aux habitants « I’m John from » suivie de l’état d’où ils sont originaires aux Etats-Unis (John étant un prénom très répandu aux USA).

Les locaux retiendront « John from » (« John venant de… ») mais oublieront bien vite le nom des états concernés, d’où la dérivation John Frum.

Lorsque la guerre prend fin, les soldats repartent des îles aussi vite qu’ils sont arrivés et privent les habitants de toutes les richesses auxquelles ils les avaient habitués.

Dans l’espoir de les faire revenir un jour, ces derniers érigent un culte à John Frum dit « culte du cargo » (car les marchandises avaient été débarquées par bateaux et avions). Bien entendu, les américains ne sont jamais revenus mais le culte existe pourtant toujours aujourd’hui.

Précisons que cette histoire n’est pas l’unique interprétation de la légende de John Frum. Pour en savoir plus, je vous conseille la page Wikipédia dédiée au personnage !

Pourquoi ce thème au Burning Man ?

Les organisateurs du Burning Man ont choisi le personnage de John Frum comme métaphore de l’individu au sein du monde moderne. John Frum est ainsi vu comme le contraste entre la société de consommation et la vie simple des peuples autochtones.

Il permet de poser la question du bénéfice réel de la société moderne pour eux, et par extension a chacun d’entre nous.

burning-man-2013

« Believe » (« croire », en anglais). Croire qu’une autre voie est possible, l’une des interprétations du mythe John Frum.

Le fait d’être un consommateur nous rend-il plus heureux ? Ou est-ce qu’une vie simple, à l’instar de celle des indigènes, est plus appropriée? La vraie richesse provient-elle des biens que l’on possède ou dans la façon que l’on a de vivre notre vie?

Dans la culture de ces derniers, tous les membres de la communauté s’entraident mutuellement. C’est une culture du partage et un lieu où l’auto-expression est un art de vivre… à l’image de l’esprit qui anime le Burning Man festival !

De quoi faire réfléchir, n’est-ce pas ? Quel est votre avis sur la question ?

Vidéo : le Burning Man 2013 filmé par des drones !

Encore quelques photos ?

Recherches associées :

  • burning man 2013

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.