C’est un étrange phénomène dont vous avez peut-être fait l’expérience vous-même. Le temps, cette donnée pourtant immuable et perpétuelle, semble s’accélérer à mesure qu’on prend de l’âge.

Évidemment, le fait de vieillir ne nous permet pas de dévier la course du temps. Alors d’où vient cette impression bizarre ?

Le psychologue William James proposait un début d’explication dans son ouvrage Principes de Psychologie paru en 1890… et celui-ci est plutôt triste, je trouve.

Selon lui, le temps semble s’accélérer quand on vieillit car il est de moins en moins marqué par des évènements mémorables.

En effet, on mesure communément le passage du temps grâce à ces moments et notamment nos « premières fois »: 1er jour d’école, 1ères vacances, 1er baiser, etc.

Mais arrivé à l’âge adulte, ces épisodes marquants s’espacent considérablement. Conséquence: les jours se ressemblent, et avec eux les années. C’est la fameuse routine de la vie qui nous conduit à ne plus voir passer le temps.

Un phénomène subjectif vérifié par la science

Au début des années 60, deux chercheurs du nom de Wallach et Green ont étudié ce phénomène. Pour cela, ils ont rassemblé deux groupes de sujets.

L’un était constitué de personnes jeunes (18-20 ans) et l’autre d’individus plus âgés (71 ans d’âge moyen).

Le test consistait à observer la réaction de ces groupes face à des métaphores concernant le temps.

temps-qui-file

Les scientifiques ont constaté que les jeunes gens choisissaient spontanément des métaphores statiques pour décrire le temps qui passe (ex: « le temps est un océan calme et immobile »).

Les sujets âgés, à l’inverse, décrivaient le temps en utilisant des métaphores rapides (ex: « le temps est comme un train filant à vive allure »).

Ce constat a été appuyé par une autre recherche menée en 1990 par le scientifique Charles Joubert. Au cours de cette étude, les jeunes sujets affirmaient s’attendre à voir le temps passer plus vite lorsqu’ils vieilliraient.

Temps qui s’accélère: les différentes hypothèses

Sans-titre-1

1. Les événements marquants

La première explication, déjà abordée plus haut, est celle concernant ces fameux évènements marquants qui s’espacent à mesure qu’on avance dans la vie. Comme William James l’a théorisé, nous mesurerions les intervalles de temps passés en nous basant sur que nous serions capables de nous rappeler de ces périodes.

L’enfance et l’adolescence seraient ainsi propices aux souvenirs marquants car ces périodes sont riches en évènements.

2. Le ressenti de la quantité de temps passé varie en fonction de l’âge de l’individu

Pour un enfant de 5 ans, une année représente 20% de sa vie. Pour une personne de 50 ans, une année n’est que l’équivalent de 2% de sa vie.

Cette « théorie du ratio » suggère que nous comparons constamment les intervalles de temps avec le temps total de notre existence.

3. Notre horloge biologique ralentit avec l’âge

Une autre hypothèse voudrait que le fait de vieillir dérèglerait notre horloge interne.

Notre perception du temps en serait alors affectée, nous conduisant à ressentir celui-ci plus lentement qu’une personne jeune.

4. En vieillissant, nous prêterions moins attention au temps

Souvenez-vous lorsque vous étiez enfant et que le mois de décembre s’amorçait: vous décomptiez avidement les jours qui vous séparaient de Noël.

Arrivé à l’âge adulte, vous êtes plutôt concentré sur les cadeaux à acheter, la préparation des réveillons, les factures et tout ce qu’implique traditionnellement cette période de l’année.

Plus notre attention est accaparée par ce genre de détails, moins notre perception du temps est accrue.

L’attente qu’expérimentent les enfants leur fait ressentir le temps comme tournant au ralenti. Les adultes ayant au contraire « la tête dans le guidon », ils ont l’impression que le temps passe rapidement.

5. Le stress accentuerait le phénomène

lapin-alice-tempsUne étude menée par les chercheurs Wittman et Lehnhoff s’est penchée sur cet étrange phénomène. Elle a conclu que le sentiment que le temps manque pour accomplir tout ce qui doit l’être pourrait être réinterprété comme l’impression que celui-ci passe trop vite.

Même les personnes retraitées (et donc libérées des contraintes temporelles qu’implique une activité professionnelle) continueraient de ressentir cette « accélération virtuelle ».

Toutefois, remettons les pendules à l’heure en gardant à l’esprit qu’il ne s’agit que d’une expérience subjective. Alors prenons un petit moment pour ralentir la cadence et profiter de l’instant présent.

En définitive, il reste le seul sur lequel nous avons un pouvoir d’action. Pensez-y !

Et vous, vous êtes-vous déjà fait cette réflexion que le temps semble vous filer entre les doigts à mesure que vous vieillissez ? Partagez votre expérience en commentaires 😉

Recherches associées :

  • photos du temps qui file
  • vie qui passe plus vite quand on vieillit
  • Apres 50 ans sa passe vite
  • il faut aller plus quand le temps près
  • impression que le temps passe trop vite

Articles similaires

4 Réponses

  1. Christian Angogna

    Toutes ces théories sont très amusantes sauf la n° 2 qui n’en n’est pas une et la n° 5 qui est un constat. La n° 2 est une affirmation « mathématicophilosophique » qui a été faite par le très respectable Monsieur Albert JACQUARD, un homme absolument exceptionnel. Pour le reste il ne s’agit que d’élucubrations et arguties de scientifiques en mal de publication. La n° 5 est un constat simple, et le principe qui l’anime l’est tout autant: vivez ici et maintenant, vous vivrez hors du temps.

    Répondre
  2. NORT

    L’ appréhension du temps me semble variable et relative aux périodes comparées. Je suis étonné d’être déjà sexagénaire et du portrait fripé que me renvoie le miroir, mais mon voisin et ami, lui, à 81 ans. Comparativement, je suis encore jeune ! Le temps est donc lié à l’estimation que nous faisons de ce que pourrait être notre existence. A l’intérieur de ces limites, les curseurs délimitant les périodes sont donc modifiables puisque dépendants d’un futur hypothétique. Le temps du passé est donc aussi influencé par l’avenir et les projets que nous aimerions réaliser.
    C’est sans doute parce que le temps semble si long aux petits enfants et que cette période est si merveilleuse à vivre et propice à vivre dans l’imaginaire, qu’aujourd’hui adultes, le temps nous semble trop court… Retournez à l’imaginaire et vous verrez, vous retrouverez alors la longueur du temps de l’enfance !
    Pour les savants, notre compréhension ordinaire du temps est erronée, il n’y a qu’un renouvellement permanent de l’instant présent, mais « c’est une autre histoire » comme l’on dit pour conclure nos contes aux petits enfants.

    Répondre
  3. jordane

    j’ai pris plaisir à lire cet article Jérem ainsi que les commentaires, c’est intéressant d’avoir l’avis sur le sujet de personnes.
    J’ai été interpellé par la numéro 2 qui fait totalement sens.
    Il y aussi le fait qu’avant 18 ans on rêve tous d’une chose, avoir le permis et se casser faire la fête avec ses potes et cet âge met beaucoup de temps à venir 🙂

    Répondre
    • NORT

      Ah oui, Jordane, ma première « caisse » en 1975, une Simca 1100 beige deux portes, sans enjoliveurs, ce qui lui donnait un air de Jeep.
      La mémoire et le temps.
      Enfant, chaque événement du présent est important car il est une expérience nouvelle. C’est l’époque de la découverte et de l’acquisition. Tout est un sujet d’émerveillement ou de réflexion perplexe, même les faits les plus simples. Le comportement de ce voisin âgé n’a rien en commun avec celui de papa et maman, il passe sa vie dans son jardin, il connait tout des arbres fruitiers, des fleurs et des légumes et n’aime pas les escargots, que moi, je trouve si sympathiques ! (Il n’est donc pas parfait). Surprenante constatation : il fait toujours soleil dans son jardin ! Ce jardin, c’est un paradis de calme, de couleurs et d’odeurs subtiles. C’est un lieu hors du temps et le « Père Girardin » est éternel.
      L’époque des genoux teintés de mercure au chrome me manque et il faut savoir y retourner. Je suis un nostalgique et le nostalgique n’est-il pas un voyageur temporel ? Le temps nous appartient, même si nous ne pouvons le retenir, car la mémoire est un vaisseau intemporel. Je n’ai aujourd’hui QUE 64 ans et cependant, je me souviens avoir vécu dans un monde dont rien ne subsiste ! Petit à petit, le monde s’efface pour laisser place à un nouveau décor et un jour, c’est nous qui sommes effacés. Mais de nouveaux petits enfants ont pris notre place, c’est pourquoi nous sommes si attendris à les regarder trottiner vers l’avenir.

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.