Je suis tombé par hasard sur la citation ci-dessus dernièrement et elle m’a beaucoup inspiré. Le concept de zone de confort est très important pour moi car le jour où j’en ai pris conscience, cela m’a ouvert les yeux sur certains de mes comportements et ceux de mes proches.

Cela m’a fait évoluer, et j’espère que cet article en fera de même pour vous. La faculté à prendre des risques ou à simplement tenter des choses inhabituelles pour nous est la voie privilégiée vers une vie plus aventureuse et donc plus intéressante. C’est aussi en sortant de ce qui vous est familier que vous encouragez votre esprit à penser hors des sentiers battus et que vous stimulez votre créativité.

Repensez aux moments les plus incroyables de votre vie, ceux qui ont le plus de sens pour vous. En vous y attardant, vous réaliserez qu’ils sont survenus alors que vous étiez sorti de votre zone de confort.

Essayer quelque chose de nouveau, d’inconnu, apporte plus d’émotions et une excitation supplémentaire à l’événement. Ces expériences nous laissent avec un plus grand sentiment d’accomplissement et de satisfaction que de faire simplement la même chose tous les jours.

Pourtant, nous sommes souvent réticents à adopter cette démarche. Parce qu’en vérité, ce que l’on appelle « zone de confort » n’a pas tant à voir avec le confort (c’est même plutôt l’inverse, finalement) qu’avec notre peur d’aller vers ce qui nous est inconnu.

En brisant les chaînes de cette peur et en osant marcher vers l’inconnu on ressent différentes émotions: satisfaction, fierté, confiance… On en sort grandi.

Prenez bien note des conseils qui suivent, ils vont vous aider à sauter le pas !

zone-de-confort

« La vie commence là où prend fin votre zone de confort. »

1. Prenez conscience de ce qui est en dehors de votre zone de confort

En d’autres termes: quelles sont les choses que vous jugez utile de faire mais que vous ne faites pas par peur de la déception ou de l’échec? Tracez un cercle et écrivez ces choses à l’extérieur du cercle.

Ce processus permettra non seulement d’identifier clairement vos gênes mais aussi ce qui se trouve dans cette fameuse zone de confort. A présent, écrivez ce que vous avez identifié comme activité « confortables » à l’intérieur du cercle.

2. Soyez clair sur ce que vous visez à surmonter

Prenez la liste de vos inconforts et allez plus loin. Rappelez-vous, l’émotion primaire que vous essayez de surmonter est la peur. Comment cette peur s’applique pour chaque situation? Soyez très précis.

Avez-vous peur de marcher vers les gens et de vous présenter dans des situations sociales? Pourquoi? Est-ce parce que vous n’êtes pas sûrs du son de votre voix? De votre apparence? Est-ce parce-que vous avez peur d’être ignoré? Creusez.

3. Soyez à l’aise avec le malaise

Une façon de sortir de votre zone de confort est de l’élargir littéralement. Donnez-vous l’objectif d’éviter de fuir ces situations qui génèrent de l’inconfort chez vous.

Restons sur le thème des interactions sociales. Si vous commencez à vous sentir un peu paniqué lorsque vous parlez à quelqu’un que vous venez de rencontrer, essayez de rester un peu plus longtemps avec cette personne que vous ne le feriez normalement.

Si vous résistez assez longtemps et pratiquez assez souvent,cela commencera à devenir moins inconfortable.

4. Voyez l’échec comme un enseignement

Beaucoup d’entre nous avons tellement peur de l’échec que nous préférons ne rien faire plutôt que de viser nos rêves. Commencez à considérer l’échec comme une source d’apprentissage au lieu de vous le reprocher. Qu’avez-vous appris de cette expérience? Comment pouvez-vous prendre cette leçon à votre avantage pour augmenter vos chances de succès la prochaine fois?

5. Essayez, un pas après l’autre

Ne visez pas trop haut dès le départ (à moins que vous ne vous en sentiez vraiment capable), vous risqueriez d’être découragé en cas d’échec. Allez plutôt à petits pas vers la peur que vous essayez de surmonter.

Si vous souhaitez parler en public par exemple, commencez par saisir toutes les occasions de parler à de petits groupes de personnes. Entraînez-vous en priorité avec la famille et les amis puis élargissez rapidement avec des inconnus.

sortir-zone-de-confort
6. Fréquentez ceux qui osent prendre des risques

Il n’y a pas de substitut à cette étape. Si vous voulez apprendre à mieux faire quelque chose, vous devez commencer par côtoyer les gens qui la maitrise et commencer à les imiter. Inévitablement, leur influence commencera à avoir un effet sur votre comportement.

7. Soyez honnête avec vous-même quand vous essayez de vous trouver des excuses

Ne mettez pas votre inaction sur un prétexte de manque de temps ou ce genre d’excuses. Au lieu de cela, soyez honnête et dites « j’ai peur de le faire. » Vous serez dans une meilleure disposition d’esprit pour faire face à ce qui vous dérange vraiment et augmenterez vos chances d’avancer.

8. Visualisez comment sortir de votre zone de confort vous sera bénéfique

En quoi améliorer votre aisance en public ou dépasser votre timidité participera à votre croissance personnelle et professionnelle? Gardez ces avantages potentiels à l’esprit comme motivation pour affronter vos peurs.

9. Ne vous prenez pas trop au sérieux

Apprenez à rire de vous-même lorsque vous faites des erreurs. La prise de risque implique inévitablement l’échec et les revers qui, parfois, vous font paraître stupide devant d’autres personnes. Soyez heureux d’encaisser quand les autres se moquent de vous, les autres ne vous en respecteront que davantage !

10. Mettez l’accent sur le plaisir !

Appréciez à aimer dépasser vos frontières. Prenez plaisir à découvrir des choses sur vous-même que vous n’auriez pas soupçonné auparavant. Vous serez surpris de constater à quel point c’est une source de satisfaction !

Et vous, êtes-vous coincé avec certaines peurs ou résistances qui vous empêchent d’avancer ? Lesquelles ? Allez-vous vous faire violence pour en sortir suite à la lecture de cet article ?

Dites-nous tout en commentaires !

Recherches associées :

  • zone de confort

18 Réponses

      • SUCCESS-Collection.com

        Hello Jérémy,

        Le tableau de visualisation consiste à attirer ce que tu souhaite vraiment. Tout comme le jeune footballeur affiche des posters de Ronaldo dans sa chambre, le jeune boxeur celui d’Ali, etc.

        Méthode :
        1. Récupérer un grand calendrier, un tableau en liège ou magnétique, etc
        2. Imprimer, découper et coller des photos de la maison de tes rêves, ta définition du bonheur, le pays où tu voudrait vraiment habiter, et tout autre rêve qui te tiens à cœur. Une seule règle : ne pas se limiter.
        3. Visualiser pendant 5 à 10 minutes (voir plus) ton tableau plus de 2 fois par jours.

        Ne t’attends pas à les obtenir le lendemain : le génie de la lampe n’existe pas.
        Toutefois, au fil des jours, semaines et mois, à force d’imaginer les mêmes choses, ton cerveau va se mettre en condition pour les obtenir. Auparavant, tu imaginais ta vie en Indonésie seulement dans des films. Maintenant, tu iras dans des agences de voyages, sur des sites, avoir des revues afin de connaître le coût du voyage, le style de vie, le coût de la vie, l’installation, et ainsi de suite.

        Pour résumer, le tableau de visualisation donne une orientation à tes pensées et leurs permet de se focalisation sur ce que tu veux vraiment.

        Il faut rêver grand puis commencer petit. Car nos pensées deviennent nos actions.

      • Jérémy Ouassana

        Merci pour cette réponse très détaillée. Ça me fait penser à la petite phrase de Napoleon Hill: « Tout ce que l’esprit peut concevoir et croire, il peut l’accomplir. »

        Il faut que je me créé mon tableau !

      • Edith Lassiat

        Il y a 4 phases essentielles dans la création d’un tableau de vision.

        La première c’est dans sa construction, pour ma part je commence par un Mind-Map avec toutes les pistes essentielles que je souhaite développer, pistes et détails en arborescence. (branche principale, sous branche, et clés dont je vais m’équiper…)
        – Comme « Success » t’a dit, on n’est pas dans la lampe magique d’Aladdin, mais dans une fluidité qui se crée entre nos 2 cerveaux, l’émotionnel empathique, et le cognitif..
        Le cognitif est au service de l’autre.
        les clés pratiques au service de la vision.

        La seconde étape, je fais mon vision-board à partir de cette articulation très fouillée , et je le fais vraiment en conscience, en me visualisant déjà arrivée au résultat attendu.
        Je m’imprègne des ressentis positifs et enthousiasmant qui viennent.
        si peurs émergent, je les accueille, les ressources suivront.

        La Troisième étape est celle de la visualisation quotidienne, en restant dans l’émotion et en passant de l’émotionnel, et du ressenti corporel, à la vision du chemin qui va m’y mener.

        J’espère que ça va t’apporter encore d’autres clés de réussite Oussama, ce que tu fais est déjà très inspirant
        Avec le cœur
        edith

  1. Prisma

    Petit témoignage de dézingage de « comfort zone » :
    depuis 2 ans que je croupis dans un poste dont les missions sont peu gratifiantes, j’ai décidé d’aller contre les voix de la sagesse qui m’entourent : « on ne quitte pas un CDI sans avoir trouvé autre chose » etc… je quitte appart, boulot, suis en mode vagabond samourai, et cherche un poste QUELCONQUE, N’IMPORTE OU en France.
    Ca, c’est quitter la zone de confort brutalement pour avoir trop moisi dedans, trop longtemps. Alors il y a certes la peur, cette grande amie de l’inconnue, mais ne vaut-elle pas mieux que la mort lente dont parle notre ami Pablo ?
    Merci aux citations, blogs sur la créativité, et autres galets sur nos chemins pour nous aider à ouvrir les yeux sur l’essentiel ! 🙂
    Pour vivre, il faut commencer pas ne pas se laisser mourir.

    Répondre
    • Jérémy Ouassana

      Bien joué Prisma, c’est une décision courageuse que tu as bien eu raison de prendre. J’ai pris la même moi aussi l’année dernière. Pas super simple de se retourner après vu la conjoncture mais c’est mieux que d’aller bosser à reculons tous les matins.

      J’aime beaucoup aussi la dernière phrase de ton commentaire, c’est très vrai !

      Répondre
      • Prisma

        Merci Jérémy =)

        La « conjoncture », elle existe c’est vrai, mais on peut ne pas la craindre quand on décide de changer radicalement de chemin pro, car si on décide que le poste qu’on occupe est plus insupportable que n’importe quel autre (même un autre poste inadapté à nos ambitions sera meilleur car nouveau, donc stimulant), on ne risque pas de trouver pire…
        Les « petits boulots » dont personne ne veut ne souffrent pas de la crise, c’est ce que je constate en tous cas.

        Que s’est-il passé après ta décision de l’an passé pour toi ? Comment as-tu rebondi après ta sortie de bulle de confort ?

  2. Ophélie

    Merci pour cette sagesse!
    J’aime bien cette idée d’aller pas à pas, et qu’à chaque petit pas, il y a le prochain qui de dessine! J’ai cette impression que souvent nous souhaitons que les choses changent du jour au lendemain… et que le plan devrait être tout tracé! Alors que le changement se fait petit à petit et c’est vrai que si on rajoute le plaisir ça facilite grandement le parcours! Des fois pas plus compliqué que de se faire plaisir!
    Je rajouterais l’étape aller regarder ce qui se cache derrière la peur… se poser la question de pourquoi je suis bloquée, amener cette compréhension permet souvent d’entamer le processus!

    Répondre
    • Jérémy Ouassana

      Bien dit Ophélie ! Une petite introspection ne fait jamais de mal, pour sortir de sa zone de confort ou pour autre chose d’ailleurs.

      Après, il faut aussi savoir apprécier le chemin au lieu de se focaliser exclusivement sur la destination. A ce propos, tu devrais apprécier une des citations inspirantes en image présente dans la rubrique « images inspirantes » du site (« Inspiration »> »images inspirantes »).

      Au plaisir de te relire 😉

      Répondre
    • Prisma

      Je t’approuve totalement Ophélie ! La question de « pourquoi cette peur ? » est intéressante, bien souvent nous nous enfermons nous-mêmes dans des situations bloquantes et oublions que nous pouvons être acteurs de nos changements.
      Je ne sais pas si cela a un lien réel, mais en énergétique chinoise la théorie est que la façon dont nous employons (ou n’employons pas, justement) notre énergie conditionne pleinement le monde qui nous entoure. Dans la rubrique « portraits » de ce site-même (on cite Out of box à l’intérieur même d’Out of box, si c’est pas beau ça ^^) il y a de nombreuses personnes qui, selon cette idée, semblent être dans leur plein potentiel… est-ce que ça a un rapport avec l’énergie en eux, qui ne subit pas de blocages…. telle est la question !
      En tous cas « fake it until you make it ! » est une citation que j’appliquerai volontiers à ces génies créatifs : inspirons-nous d’eux, et pourquoi pas dans ce fameux tableau de visualisation !

      Répondre
  3. Anne

    Bonjour,
    c’est marrant, ce vendredi, on m’a offert un livre : Les dieux voyagent toujours incognito » de Laurent Gounelle. Je l’ai commencé vendredi soir et l’ai fini durant la nuit !
    Et puis ce matin, je lis ce nouvel article de out of de box et ça colle tout à fait. Pour ceux qui auraient envie de creuser le sujet, je conseille vivement la lecture de ce livre.
    « Cette histoire, qui nous plonge dans l’atmosphère envoûtante d’un été parisien, ouvre la voie de la plus belle des réflexions sur nous-mêmes : qu’est-ce qui peut nous permettre de dépasser nos inhibitions, nos peurs et nos conditionnements, pour sortir du chemin tout tracé de notre vie lorsque celle-ci ne nous apporte pas pleinement satisfaction ? »

    Répondre
    • Jérémy Ouassana

      Hello Anne, et merci pour ton commentaire instructif. Ça donne envie de lire le livre dont tu parles.

      Pour ma part, j’avais lu « l’homme qui voulait être heureux » de cet auteur et j’avais trouvé ça pas mal, un peu « out of the box » justement ! C’est vrai que ça se lit vite et bien.

      Tu m’as convaincu, je vais voir ce que donne celui là !

      Au plaisir 😀

      Répondre
  4. Larry Raïssa

    merci pour votre citations!vraiment la peur c’est mon obstacle mais parfois mon protecteur pour eviter des risques!coment je peux m’en sortir?

    Répondre
    • SheRa

      Fais-toi confiance 😉 mais c’est de l’entraînement jour après jour…
      Observe tout ton environnement extérieur au quotidien et toi-même également !
      Apprécies-toi pour tes qualités et tes faiblesses,
      Retiens aussi que : LA PERFECTION, C’EST DE POUVOIR APPRÉCIER SON IMPERFECTION 😉
      Ce qui est important, c’est le chemin que tu parcoures jour après jour et que tu te sentes libre d’être toi et d’agir pour ce qui te rend heureux.

      Répondre
      • SheRa

        … et tu finiras par écouter ton intuition et te faire confiance de +en+ face aux diverses décisions et chemins à prendre ☀️
        Quoi qu’il se passe, nous sommes TOUS pleins de Ressources

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.