La plupart des gens n’ont jamais entendu parler du terme « paréidolie ». Et pourtant, tout le monde a déjà expérimenté ce phénomène maintes fois au cours de sa vie. Oui, même vous qui lisez cet article en ce moment !

Mais qu’est-ce qui se cache derrière ce drôle de mot ? La paréidolie est un phénomène psychologique étonnant qui nous fait voir des visages ou des formes reconnaissables dans des lieux ou objets banals.

Selon le dictionnaire, il s’agit de « la perception imaginée d’un sens ou d’un motif qui n’existe pas réellement ».

Typiquement, c’est voir un visage dans les nœuds d’un tronc d’arbre ou deviner des animaux dans les formes des nuages. La paréidolie est fascinante car elle découle du besoin fondamental de notre cerveau à faire sens avec tout ce qu’il voit.

Un phénomène humain parfaitement normal

pareidoliePour commencer, pas d’inquiétude à avoir: la paréidolie est tout à fait normale. Elle est le résultat de milliers d’années d’évolution et existe pour une raison bien particulière.

Dès la naissance, les humains montrent une fascination pour les visages qui se poursuit tout au long de leurs vies.

Au moindre coup d’œil, nous pouvons ainsi extraire des informations sur l’âge, le sexe, la race et même l’humeur d’un visage. On est alors en mesure de  décider si l’individu que l’on croise est un ami qui peut être abordé, ou un ennemi à éviter.

Étant donné que la vision floue des bébés exclut les objets plus éloignés, ce sont les visages de ses proches (famille, amis) qui sont imposés à sa vue. Ainsi, il n’est pas surprenant que nous devenions tous des experts en termes de visage: nos cerveaux sont conditionnés à les rechercher et les identifier à longueur de temps.

Étant des « animaux sociaux », nous sommes constamment entourés de visages et pouvons mettre cette compétence à l’épreuve tous les jours.

La paréidolie dans l’histoire

Les exemples dans l’histoire abondent.  Dans ses carnets personnels, Léonard de Vinci évoque la paréidolie comme une technique pour inspirer les artistes.

Le peintre italien Arcimboldo, lui, était célèbre pour ses portraits dans lesquels les visages étaient fait d’arrangements d’aliments (légumes et fruits principalement).

peintre-arcimboldo

Portrait de Rodolphe II en Vertumne (dieu des récoltes et de l’abondance) par Arcimboldo – 1591

Le psychiatre Rorschach (prononcer « rorchar »), quant à lui, a utilisé cette caractéristique du cerveau pour développer son célèbre test de Rorschach. Celui-ci consiste à demander au patient ce qu’il interprète à partir de l’image d’une tâche d’encre et d’en tirer des conclusions sur sa psyché.

Bien que la vision soit la plus souvent impliquée, les autres sens ne sont pas exclus.

La paréidolie auditive existe et semble être l’explication la plus plausible aux controverses de « backmasking » détectées dans des chansons.

Certains groupes de rock (comme les Beatles, par exemple) ont été accusés d’avoir intégré des messages sataniques subliminaux dans leur musique. On disait qu’on pouvait soi-disant entendre ces messages lorsque les pistes étaient jouées à l’envers.

La paréidolie selon la neurologie

pareidolie-2Lorsqu’on lui présente un stimulus, le système visuel humain utilise des informations circulant dans deux directions différentes. Ceux-ci sont appelés l’approche ascendante (« bottom-up » en anglais) et descendante (« top-down »).

L’approche ascendante commence par prendre en compte le plus petit détail possible du stimulus (visuel ou auditif) et se complexifie au fur et à mesure.

Dans le cas d’un stimulus visuel, un amas  de photons (particules de lumière) frappent les récepteurs présents dans notre rétine puis sont « codés » comme des taches de couleur. Ces signaux sont ensuite combinés lors des prochains niveaux de traitement, où le cerveau utilise des modèles pour détecter les bords, puis les coins, les formes de base, et éventuellement des objets (y compris les visages).

Une région du cerveau est importante dans ce processus de détection des visages. Localisée dans le lobe temporal, elle est appelée « aire fusiforme des visages ».

Sans-titre-3Nous n’avons aucun choix conscient sur cette détection des visages par notre cerveau. La recherche de visages est automatique, en utilisant un modèle grossier correspondant approximativement à la configuration générale d’un visage (par exemple deux yeux l’un a côté de l’autre, au-dessus d’un nez et d’une bouche).

La grossièreté de ce modèle fait en sorte que nous manqueront très rarement un visage qui nous est présenté même si la visibilité est mauvaise. La contrepartie est que ce modèle peut être activé par des motifs similaires qui ne sont pourtant pas des visages.

Et vous, quels exemples de paréidolie détectez-vous dans la vie de tous les jours ? Pour ma part ce sont… mes toilettes 🙂

pareidolie-wcSi vous repérez des exemples de paréidolie autour de vous, partagez vos photos sur la page facebook Out the Box !

Recherches associées :

  • paréidolie
  • qu est ce que la pareidolie
  • vertumnus arcimboldo

Une réponse

  1. Emma

    Moi c’est souvent en regardant les nuages que je vois plein de personnages, c’est la première fois où je comprenne je phénomène !
    Article intéressent à lire
    Merci

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.