Que seraient les fêtes de fin d’année sans tout le décorum qui les entourent ? Les décorations, les cadeaux, le Père Noël ou encore… le sapin de Noël !

Mais au fait, pourquoi plaçons-nous un arbre au beau milieu de notre salon ? Et pour quelle raison prenons-nous autant de soin à l’embellir ? Quand on y réfléchit, c’est une coutume un peu étrange…

C’est en tout cas la question que je me suis posé cette année en décorant le mien 🙂 Une bonne occasion d’investiguer avant de vous faire partager mes découvertes !

Les origines du sapin de Noël

Pour commencer, il faut savoir que la tradition de décorer un arbre date de bien avant l’émergence du christianisme.

En effet, les égyptiens déjà voyaient dans les arbres demeurant continuellement verts (sapins, conifères, joncs…) un signe du triomphe des dieux sur l’hiver. Symboles du renouveau de la vie dans une saison associée à la mort, des joncs étaient décorés le jour du solstice d’hiver en l’honneur de Ra, le dieu du soleil.

Les romains, eux, envisageaient le solstice dans le cadre de la célébration des Saturnales (Saturnalia), une fête honorant le dieu de l’agriculture Saturne.

Ils exprimaient ainsi leur attente du Printemps et de ses températures plus clémentes, plus propices aux plantations. Durant cette période, ils ornaient l’intérieur de leurs maisons de larges branches de sapins. Pour eux, cela signifiait que tout serait bientôt vert et florissant à nouveau.

En Europe du Nord, les druides décoraient leurs temples pour célébrer la vie éternelle. En Scandinavie, les Vikings croyaient que le sapin était une plante spéciale que leur avait donné leur dieu, Balder.

sapin-noel-neigeMais le fait de décorer un sapin comme nous le connaissons aujourd’hui remonte véritablement au Moyen Âge.

Le sapin, de symbole païen à emblème religieux

Au Moyen Âge, le sapin était mis en scène dans des pièces de théâtre en plein air pendant la période de l’Avent. Basées sur l’histoire d’Adam et Eve, ces pièces introduisaient un arbre du Jardin d’Éden orné de pommes pour symboliser la tentation d’Eve.

L’arbre en question, vous l’aurez deviné, était un conifère pour représenter la fertilité et le renouveau de la vie.

Plus tard, au 16ème siècle en Allemagne, les gens avaient pour coutume d’accrocher des pommes, des bonbons dorés, du papier de couleur ou encore des roses à des branches d’arbres.

On dit que Martin Luther (père du protestantisme), inspiré par les étoiles scintillant à travers les branches d’un sapin, aurait été le premier à placer des chandelles sur l’arbre de Noël.

L’histoire ne dit pas le nombre d’incendies que cette initiative occasionna 😃

Le sapin de Noël consacré par la reine Victoria

Toutes ces péripéties nous amènent à l’an 1846.

Cette année là, la famille royale et en particulier la reine Victoria et le prince Albert passent Noël dans leur château de Windsor. C’est ici qu’ils se font immortaliser en dessin devant un somptueux sapin de Noël.

sapin-noel-reine-victoria

La reine Victoria et son époux le prince Albert devant leur sapin de Noël (Windsor, Angleterre, 1848).

Victoria, alors extrêmement populaire, finit d’ancrer l’arbre de Noël parmi les traditions incontournables de la fin d’année.

La coutume traverse l’Atlantique courant 19ème siècle. Les immigrants allemands débarquant en Pennsylvanie continuent à décorer leurs sapins à Noël, comme ils avaient l’habitude de le faire chez eux.

C’est aussi à cette époque (milieu du 19ème siècle) qu’a explosé la production de décorations de Noël. La première guirlande lumineuse a été conçue en 1882 par Edward Johnson, un associé du fameux inventeur Thomas Edison.

En 1895, un sapin décoré de guirlandes lumineuses fut érigé à la Maison Blanche. Cela fit connaître cette décoration au grand public qui l’adopta progressivement.

Nous voilà arrivés au terme de la longue histoire du sapin de Noël ! J’espère qu’elle vous a plu, et je vous souhaite de belles et heureuses fêtes de fin d’année !

Recherches associées :

  • nom de famille français rare

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.