Process est une superbe vidéo du collectif artistique Pluto.

Comme l’indique la description de ce très court métrage sur Viméo, la vidéo illustre « ce qui se passe dans la tête d’un homme lorsqu’il expérimente le processus d’idéation et de création. »

process-video
On peut y voir, de façon imagée, la tempête cérébrale que vit un artiste lorsqu’il est en phase de création. La peur, la solitude, la confusion et surtout la violence se côtoient jusqu’à la délivrance: le projet fini.

Pour illustrer toutes ces émotions, les artistes de Pluto ont utilisé toute une variété d’effets visuels. Grand angle, zoom, flou de profondeur de champ et même photos sous-marine s’enchaînent ainsi à un rythme effréné.

La vidéo est magnifique et méritait vraiment de figurer ici. Pour autant, je n’adhère pas totalement à la vision de la créativité qu’elle propose.

Je vois plus le processus créatif comme quelque chose de stimulant, d’excitant, ou une idée en amène une autre dans un esprit positif. Ici, on assiste plus à la souffrance qui survient lorsqu’on se sent coincé parce-que les idées ne « viennent » pas (ou qu’on a une deadline aux fesses) !

Justement, cela peut-être le début d’un débat intéressant !

Comment vivez-vous le processus créatif ? Est-ce un combat intérieur, à l’image de ce que montre cette vidéo ? Ou bien êtes-vous plutôt comme moi, à le vivre d’une manière plus positive ?

Dites-moi ça en commentaires ;)

Recherches associées :

  • process ce qui se passe dans la tete dun creatif
  • process pluto

4 Réponses

  1. jean luc

    Une alternance entre ces phases de souffrance et des phases d’ouverture, de conscience élargie, jubilatoire. En tout cas un maelström mental qui grossi. Cette tempête se déclenche sur une idée qu’elle peut brasser pendant des jours avant de la laisser, si il y a un résultat il reste posé la. parfois il ne reste rien et cette énergie se dissipe. Il existe un coté plus douloureux ou la tempête se lève sans idée et elle semble vouloir avaler tout ce qui passe, le danger est de sentir cette énergie mentale glisser vers la rumination et qu’elle brasse intensément ce qu’il y a de plus noir dans notre esprit. Il faut alors vite lui trouver « quelque chose » a brasser : un concept, une idée, une création, voir une action ou une activité qui mobilisant le corps dissipe cette énergie. voila personnellement ce que je ressens.

    Répondre
    • Jérémy Ouassana

      Merci d’avoir partagé ton expérience avec nous Jean Luc !

      Je comprends que chez toi, le processus créatif se situe finalement dans un entre-deux, entre mon ressenti et celui montré dans la vidéo. Pas si facile de créer !

      Heureusement, il existe une grande variété de techniques de créativité pour nous aider à débloquer les idées lorsqu’elle ne veulent pas venir d’elles-mêmes.

      Répondre
  2. Burns Minaé

    Pour ma part, je le vis comme un chamboulement éphémère, une effervescence soudaine et inattendue après un calme plat, ce n’est ni une vraie souffrance, ni une partie de plaisir, juste une brusque impression de mouvement, alors que mon corps est immobile, j’ai la tête en fusion.
    Imaginez vous dans un endroit neutre, une pièce blanche par exemple, sans prévenir une main vous pousse, et vous vous retrouvez, sans savoir comment dans un foutoir innommable, au début on tente de faire le tri, mais très vite on se retrouve dépassé par ses propres idées, dont beaucoup n’ont, en fin de compte, aucun rapport avec le thème ou le concept recherché, j’ai beaucoup de mal a faire le tri dans tout ça, ou a me concentrer uniquement sur mon sujet, ce qui rend mon travail plus lent qu’il ne devrait.
    D’ailleurs quelques conseils ne seraient pas de refus.

    Répondre
    • Jérémy Ouassana

      Si je comprends bien, votre problème n’est pas d’avoir des idées mais plutôt de gérer leur flux lorsqu’elles arrivent en trop grand nombre, et en désordre. Un peu d’organisation est donc nécessaire !

      Rassurez-vous, le processus créatif est rarement propret et ordonné (ce que la vidéo montre particulièrement bien).

      Je vous conseillerais déjà d’avoir quelque chose à portée de main pour noter vos idées. Un petit carnet type Moleskine est parfait pour ça, ou bien Evernote si vous possédez un smartphone / tablette (personnellement, mon outil préféré !). C’est vraiment une habitude à prendre car on oublie une grande partie de nos idées lorsqu’on ne les note pas (et qu’on a tendance à être tête en l’air) ^^

      Une fois retenues les idées qui ont quelque chose à voir avec votre travail, pourquoi ne pas les organiser grâce au Mind Mapping et tenter de les développer? Bien souvent, il suffit d’avoir quelques prémisses d’idées et les autres « coulent » plus ou moins facilement quand on vient à les développer.

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.