Beaucoup d’entre nous rêvons d’être pleinement créatifs. Nous souhaitons non seulement avoir des idées folles, mais aussi réellement créer et apporter des choses remarquables à nos vies.

Pour y parvenir, il est bon de connaître le principe des 4 rôles créatifs que je vais vous présenter dans cet article. Ces quatre rôles permettent au processus créatif d’être aussi efficace que possible. Chacun exige que vous jouiez des personnages distincts, avec des mentalités et des compétences différentes.

Les rôles sont les suivants: l’Explorateur, l’Artiste, le Juge et le Guerrier. Ils ont été imaginés par Roger Von Oech, un auteur américain sur le thème de la créativité dans son livre A Whack On The Side Of The Head: How You Can Be More Creative.

Apprenez comment ils peuvent vous aider à libérer votre créativité !

1. L’Explorateur

explorateur-creativite

L’Explorateur est insatiable curieux toujours en quête de nouvelles découvertes excitantes !

Les idées ne viennent pas de nulle part. Pour les construire, vous devez d’abord recueillir les matières premières: des faits, des concepts, des expériences, des connaissances, des sentiments… car c’est de ça que les idées sont faites. Pour obtenir tout cela, vous avez besoin d’avoir (ou de cultiver) une attitude de curiosité et d’exploration envers ce qui vous entoure.

L’Explorateur est toujours à la recherche de nouvelles choses. C’est un insatiable curieux qui ne se limite jamais à un domaine particulier en termes d’expériences et de connaissances. Avoir des idées, c’est comme relier des points entre eux. Vous avez donc besoin de beaucoup de points à relier pour voir émerger de nouvelles idées.

On peut voir ça comme une sorte de carburant pour la formation de ces idées.

Comment développer votre esprit d’Explorateur

– Soyez curieux et alerte. Furetez dans des zones inconnues. Soyez comme l’enfant qui accorde toute son attention au monde qui l’entoure et est réceptif à ce qu’il recèle comme trésors. Redécouvrez le pur plaisir de découvrir des choses.

– Cherchez autant de points d’entrées que possible pour assouvir cette curiosité. Ne vous limitez pas à ce que vous connaissez déjà. Lisez des livres différents, initiez vous à d’autres genres de films… surtout, ne vous restreignez pas en vous disant que tel ou tel domaine ne vous sera pas utile en fin de compte. L’important doit rester le plaisir de l’exploration et de la découverte.

– Parlez à un tas de gens différents. Apprenez à connaître différents points de vue sans vous limiter aux conseils d’experts. Discutez aussi à des personnes issues de cultures différentes de la vôtre, c’est toujours très enrichissant!

2. L’Artiste

artiste-creativite

L’Artiste veut tout toucher, tout manipuler… et surtout s’amuser en le faisant !

L’artiste a des idées. Il prend les matières brutes récoltées par l’Explorateur et les combine de manière innovante.

Quand les gens font référence à quelqu’un de créatif, ils pensent généralement à l’Artiste.

Mais sa créativité ne naît pas du néant. L’Artiste a des idées surtout parce qu’il essaye de nouvelles choses. Il traduit son imagination en réarrangeant, en remuant, en tournant les choses à l’envers. Il teste des approches différentes et trouve des liens inattendus.

Il est joueur et ne se soucie pas de ce que les gens attendent de lui.

Comment développer votre esprit d’Artiste

– Entraînez votre inspiration. Notez les  nouvelles idées comme elles vous viennent sur un carnet ou sur l’application Evernote. Cela permet de stimuler votre cerveau à produire de plus en plus d’idées.

– Jouez ! Nous le savons tous: le moyen le plus efficace d’avoir de nouvelles idées est de prendre du plaisir. Ne prenez pas toujours les problèmes trop au sérieux. Amusez-vous et gardez votre cerveau frais et dispos.

– Utilisez votre imagination. Laissez un peu de côté l’analyse et la pratique; La créativité se nourrit d’abord de fantaisie ! Alors n’ayez pas peur de laisser courir votre imagination et de visualiser de nouvelles possibilités, personne ne vous en blâmera.

– Osez vous demander «et si?» et observez les nouvelles réalités se dérouler dans votre esprit.

3. Le Juge

juge-creativite

Le Juge est sévère avec vos idées, mais c’est pour votre bien !

Au contraire de l’Artiste, tout le travail du Juge consiste à être rationnel. Il analyse les idées sauvages de l’artiste et évalue si elles sont réalisables en pratique.

Le Juge teste la validité des hypothèses. Il compare, analyse, vérifie la faisabilité des idées. Peu importe combien l’artiste aime une idée, le Juge cherche des contre-arguments, essaye de les prouver et prend des décisions difficiles. Combinaison de feeling et d’outils d’analyse, le Juge est un filtre qui ne doit laisser passer que les idées réalisables.

Forcément, il a une mauvaise réputation de rabat joie. Mais surtout parce-que trop souvent, les gens l’invoquent trop tôt.

Conséquence: l’idée est tuée dans l’œuf, avant même que l’artiste ait pu jouer !

Comment développer votre esprit de Juge

– Développez votre pensée critique. Vérifiez vos hypothèses, expérimentez les, analysez les résultats et tirez-en des conclusions.

– Soyez conscient de vos biais cognitifs. Nos esprits nous trompent. Soyez toujours conscient et vigilant concernant vos propres préjugés car ils peuvent vraiment vous faire passer à côté de merveilleuses idées.

– Soyez réel. Cette belle idée que vous avez eue vous apportera-t-elle le retour espéré?  Avez-vous les ressources pour y arriver? Êtes-vous prêt à mettre l’effort nécessaire pour la concrétiser?

En phase de Juge, il faut savoir être pratique et terre-à-terre.

4. Le Guerrier

guerrier-creativite

Le Guerrier va se battre pour défendre vos idées et les mener jusqu’au bout !

Dès que vous aurez une idée prête à être exécutée, vous vous rendrez compte que le monde n’est pas forcément prêt à l’accueillir. Les ennemis peuvent être externes: une concurrence féroce, ou des interlocuteurs qui ne comprennent simplement pas tout son intérêt.

Mais les ennemis les plus redoutables se trouvent déjà en vous: auto-résistance, excuses et peur de l’échec en première ligne.

Le travail du Guerrier est de faire en sorte que les idées aboutissent. Pour cela, vous aurez non seulement besoin d’une stratégie et d’un plan d’action, mais aussi de courage et de persévérance pour surmonter les obstacles qui se dresseront devant vous.

En effet, pas toujours facile de rester productif ou de vendre ses idées lorsque les écueils parsèment votre chemin. C’est pour ces raisons que vous devez entraîner le Guerrier qui se trouve en vous.

Comment développer votre esprit de Guerrier

– Surmontez la résistance qui s’immisce sournoisement en vous lorsque vous créez quelque chose de nouveau. Vous devez trouver les moyens de surmonter la procrastination et de rester productif jour après jour.

– Soyez courageux. Pour faire bouger les choses, vous aurez besoin de vous défaire du doute et de vaincre la peur de l’échec. Dès que ces peurs surviennent, vous devez avoir le réflexe de les laisser consciemment de côté.

Vient ensuite, parfois, le moment de commercialiser et de vendre votre idée. Êtes-vous le seul à penser que votre idée est excellente? Pouvez-vous convaincre les autres de son bien-fondé ?

Si vous ne réussissez pas à la vendre, elle ne vous sera – malheureusement – pas d’une grande utilité.

Les prises de conscience et le timing sont cruciaux

En réalité, nous savons tous que le chemin vers la créativité n’est pas aussi séquentiel. Il arrive souvent que des allers-retours s’opèrent entre les rôles: le Juge peut renvoyer une idée de l’artiste pour que ce dernier la développe; L’artiste peut avoir besoin de plus de données de la part de l’Explorateur pour développer une certaine idée, et ainsi de suite.

Mais il n’y a pas à s’en faire car ces alternances sont naturelles. L’essentiel est d’être conscient du rôle que vous tenez aux différentes étapes du processus créatif.

Nous sommes souvent coincés dans le rôle de l’Explorateur pendant trop longtemps, ce qui retarde le moment où nous devons vraiment agir. Ou nous pouvons brûler les étapes et invoquer le Juge alors que l’Artiste est encore à l’œuvre. Il y a des risques à passer trop de temps ou trop peu dans chaque rôle, ou à ce que ces derniers se chevauchent de façon inefficace.

Alors voilà la leçon finale à retenir: assurez-vous non seulement de développer l’ensemble des missions pour chaque rôle, mais sachez aussi jouer chacun d’entre eux au moment opportun.

Soyez conscient de la phase du processus de création que vous êtes en train de jouer et de ce que vous essayez d’accomplir. Tous les rôles sont aussi importants les uns que les autres: assurez-vous qu’ils s’accordent bien ensembles.

Et vous, dans quel rôle vous sentez-vous le plus à l’aise ?

Recherches associées :

  • Comment avoir la mentalite dun explorateur
  • explorateur
  • juge

4 Réponses

  1. Maryline Munch

    Bonjour,

    Je ne suis pas trop d’accord avec le rôle du juge. Le simple juge va provoquer le fait de ne sélectionner que les idées réalisables et rationnelles. A quoi bon faire de la créativité et partir dans le farfelu pour trouver des idées originales si c’est pour sélectionner les idées
    « bateaux » ??
    Le troisième personnage, avant de sélectionner, a pour rôle d’enrichir les idées, de faire en sorte de transformer les idées les plus folles pour qu’elles répondent parfaitement au problème, pour les rendre réalistes et « sélectionnables ». C’est la phase d’hypercréativité !

    Répondre
    • Jérémy Ouassana

      Cela se discute. La créativité est une chose formidable mais peut parfois avoir besoin d’un garde-fou pour la tempérer. Toutes les idées ne sont pas toujours réalisables, notamment en termes de business. Il faut prendre en compte les contraintes, la faisabilité ou encore l’intérêt perçu par les consommateurs. Au risque sinon de perdre beaucoup d’énergie pour pas grand chose au final 😉

      Quant à ce qui est d’enrichir les idées, c’est à l’Artiste que revient ce rôle lorsqu’il manipule la matière brute apportée par l’Explorateur.

      Répondre
    • Jérémy Ouassana

      C’est un peu comme dans un brainstorming, si vous voulez. On part dans tous les sens au départ, puis on écrème les idées pour ne retenir que celles qui sont faisables ou qui répondent à des critères prédéfinis au départ. Le fait de partir sur des idées farfelues peut déboucher sur d’autres qui le seront moins.

      Le Juge, comme je le dis dans l’article, n’a pas un rôle populaire mais est souvent indispensable dans un cadre non-artistique pour faire aboutir concrètement les idées. Cependant, avoir des idées folles n’est pas incompatible avec le fait de chercher des solutions folles pour les faire passer du concept à la réalité 😉 C’est peut-être ça, finalement, le véritable aboutissement de la créativité.

      Répondre
  2. Emma

    Moi je me vois plus exploratrice plus ou mois artiste car je fouille souvent les affaires de mon mari et je crée des plats tel un artiste 🙂

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.