Le poker est peut-être le jeu le plus populaire au monde aujourd’hui.

On peut y jouer lors de différentes occasions. Parfois lors d’une simple partie entre amis où le vainqueur aura droit à sa bière et une part de pizza gratuites. D’autres fois, au cours de tournois de haute volée au sein des casinos les plus luxueux du monde pour des gains avoisinant souvent les millions d’euros. D’autres fois encore, en solitaire dans sa chambre dans des parties en ligne contre d’autres geeks du monde entier.

Finalement, rarement un jeu n’aura atteint une telle notoriété d’ordre planétaire. Mais d’où vient réellement le poker ? Qui l’a créé ?

Des questions relativement simples mais aux réponses, comme vous pouvez vous en douter, beaucoup plus complexes.

Le Poker à travers les âges

Si vous demandez à monsieur Tout-le-Monde d’où vient le poker, il vous répondra d’un aplomb déconcertant que le poker a été créé dans les saloons des États-Unis, dans sa période post-Guerre d’Indépendance et pré-Guerre Civile. Mais monsieur Tout-le-Monde a un problème, il ne voit que la surface émergée de l’iceberg.

Si les historiens s’accordent à dire que le poker moderne (soit tel qu’il existe aujourd’hui) est bien né outre-Atlantique, celui-ci n’est qu’un dérivé de jeux plus anciens.

Alors si vous posez la même question à un passionné de poker, il vous répondra non sans fierté que le poker est en fait une variante du « poque ». Il s’agit du jeu de cartes français le plus populaire dans l’Hexagone au 18ème siècle, et qui a ensuite été importé aux USA par les franco-canadiens quand ils se sont installés à La Nouvelle-Orléans.

Là encore, ces spécialistes ne sont pas remontés assez loin dans le temps pour retrouver les véritables origines du poker.

A l’origine, le système de jeu et le type de cartes ressemblaient plus à des dominos de mah-jong qu’à des cartes à jouer. Pourtant, la première ébauche d’un jeu impliquant un système de bluff date du premier millénaire et nous vient, comme bien souvent dans le cas des jeux, de Chine.

La légende nous dit que ce jeu, sans nom, aurait été inventé par l’empereur Mu-Tsung qui en aurait joué une première partie contre sa femme au réveillon du nouvel an chinois 969. Bien loin des saloons et des diligences, donc.

D’autre origines sont toutes aussi exotiques et proviennent de l’Égypte dès les 12ème et 13ème siècles, ou de la Perse du 16ème siècle et de son jeu de cartes appelé Ganjifa.

Là encore, des différences notables existent : un paquet de cartes de Ganjifa comptait 96 cartes, au lieu des 52 actuelles. Elles étaient aussi beaucoup plus élaborées, étant faites de fines tranches d’ivoire ou de bois précieux.

Un autre jeu persan d’à peu près la même époque est l’As Nas, qui lui ne comptait que 25 cartes, mais déjà un système de mains hiérarchiques et un autre de paris.

Bien sûr, ces jeux antiques utilisaient les mêmes thèmes que le poker mais pas les mêmes règles. C’est finalement bien en Europe, mais en Espagne, que se trouve le jeu que les vrais historiens considèrent comme le père du poker.

Le Primero, véritable ancêtre du Poker

Son nom : Primero. Chaque joueur se voyait distribuer 3 cartes chacun, et s’ensuivaient alors les mêmes principes qu’au poker. A savoir : miser de grosses sommes même avec une pauvre main, pour tenter de bluffer ses partenaires et les faire se retirer de la partie.

Les premières traces de Primero datent de 1526 exactement, qu’on pourrait donc assimiler à la véritable année de l’apparition du poker en tant que tel.

C’est de ce Primero que sont ensuite apparus les jeux de poque en France, et de pochen en Allemagne, qui en ont repris à peu près les mêmes règles.

Après cela, le reste de l’histoire est connu de la plupart. Les français sont partis s’exiler au Canada, puis ont décidé d’établir un autre quartier général en Louisiane.

De là, le jeu s’est développé comme une traînée de poudre grâce aux fameux bateaux à vapeur remontant le long cours du Mississippi. Les américains en ont alors modifié certaines règles (notamment le nombre de cartes distribuées à chaque joueur) afin de rendre le jeu plus « honnête ».

Finalement, en 1834, l’écrivain Jonathan H. Green fait référence dans un ouvrage au « cheating game » (jeu de la triche en français), et sa description colle en tout point au poker d’aujourd’hui.

La Guerre d’Indépendance ne tuera pas ce jeu, qui sera au contraire pratiqué abondamment par les deux camps et verra chaque saloon de l’immense pays compter au moins une table de poker dans son établissement.

Aujourd’hui, avec l’essor d’Internet, le poker est accessible partout. Tout le monde peut tenter sa chance de remporter le gros lot ou de participer à un de ses tournois d’envergure internationale, comme le World Poker Tour ou le PokerStars Championship.

Chaque année, ces compétitions regroupent des dizaines de milliers de joueurs venus de tous les coins de la planète.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.