En 2014, le cristal de Baccarat a fêté ses 250 ans ! Depuis plus de deux siècles et demi, le savoir-faire de cette ville de Lorraine ne s’est jamais démenti.

A travers les années, le talent des maîtres verriers qui y exercent fait ainsi la fierté de la ville de Baccarat. Mais cette activité créative et artistique qu’est la cristallerie représente aussi une manne touristique et financière pour cette dernière.

L’occasion pour nous de nous pencher sur une histoire qui précède de quelques décennies la révolution française.

Qu’est-ce que le cristal ?

Pour commencer, définissons vraiment ce qui se cache sous cette dénomination de « cristal ».

Car il faut bien différencier le minéral que l’on trouve dans la nature (et auquel on prête certaines vertus, de guérison notamment) au sujet qui nous intéresse aujourd’hui.

Le « cristal » tel qu’il est utilisé par les orfèvres de la verrerie consiste en réalité à du verre auquel on ajoute une certaine quantité d’oxyde de plomb.

Des verres en cristal

Cette opération permet aux artisans de rendre le matériau plus malléable et donc de pouvoir le travailler plus facilement.

Au final, le verre obtenu est plus éclatant et jouit d’une sonorité qui lui est propre. Son aspect évoque alors celui de l’intérieur du minéral une fois coupé.

De plus, lorsqu’il est taillé, le verre appelé cristal décompose la lumière qui passe à travers en ondes lumineuses de différentes couleurs qui la constitue à l’origine (à la façon d’un arc en ciel).

Ces deux similitudes lui ont ainsi valu d’être nommé cristal.

1760-1816 : de la verrerie artistique à la production de cristal

Les origines du cristal de Baccarat remontent au 18ème siècle, plus précisément entre 1760 et 1765.

A cette période, les salines royales de Rozières (mines de sel) ferment. En plus d’être un coup dur pour l’économie locale, les officiels de l’époque se retrouvent avec un stock important de bois à écouler. Ce dernier était utilisé à l’origine pour évaporer l’eau chargée de sel.

Pour régler ce problème, l’évêque de Metz propose au roi Louis XV de lancer une verrerie. Une excellente idée à plus d’un titre :

– Le verrerie d’art était produite à l’étranger donc cher
– Elle était déjà très populaire dans les cours européennes, donc un véritable marché était à exploiter
– Cela permettait d’écouler intelligemment le surplus de bois
– En plus de relancer l’économie locale, cette activité permettrait de valoriser le savoir-faire à la française.

Le Roi se fait rapidement convaincre et très vite la production de verrerie artistique se développe à la verrerie de Sainte Anne, à Baccarat.

Les artisans y fabriquent toutes sortes de verres et de miroirs qui permettent à l’industrie de prospérer. Malgré des difficultés, la verrerie survivra à la Révolution Française ainsi qu’aux guerres napoléoniennes.

En 1815, au lendemain de la guerre napoléonienne, la frontière française revient à sa délimitation de 1790. Les grandes verreries françaises de Vonêche, dans le nord de la France, se trouvent désormais dans le nouveau pays de Belgique. Le propriétaire de l’une d’elles, un parisien nommé Aimé-Gabriel D’Artigues, passe un accord avec Louis XVIII et rachète alors la verrerie de Baccarat.

Cela lui permet de rétablir ses affaires en France et de continuer à servir les clients français sans payer de lourdes taxes d’importation.

L’ancienne verrerie se mue alors en cristallerie en novembre 1816.

Baccarat, un héritage artistique vivace

Une nouvelle société voit le jour, les Cristalleries de Vonêche à Baccarat. Encore aujourd’hui, elle reste la principale verrerie en France. L’entreprise a remporté des médailles lors de grandes expositions à Paris à partir de 1823 pour ses productions cristaux d’exceptionnelle qualité.

lustres-cristal-baccarat

Des lustres en cristal de Baccarat

Baccarat est célèbre pour ses merveilleux presse-papiers, sa vaisselle en cristal, ses décanteurs et bouteilles ainsi que pour ses sculptures d’animaux et d’oiseaux en cristal. La technique bohémienne / vénitienne d’incrustation de tiges millefiori (« mille-fleurs » en français, consistant en des mélanges multicolores de verres) a été reprise par Baccarat dans les années 1840.

Les experts s’accordent à dire que les productions réalisées à Baccarat surpassent tout ce qui a été produit en Bohême ou à Venise.

La technique d’incrustations de camées dans des formes en cristal ou en verre a été perfectionnée et sublimée par Baccarat au début du 19ème siècle et continue d’être utilisée aujourd’hui. Les sulfures donnent au verre une teinte colorée très distinctive, créant des effets de lumière époustouflants.

Aujourd’hui encore, la ville de Baccarat est plus que jamais fière de son célèbre patrimoine de verrerie. Le savoir-faire et les productions de cristal continuent non seulement d’attirer les touristes, mais constitue également la pierre angulaire de l’économie locale.

Récemment (juin 2017), la cristallerie Baccarat a été cédée à un groupe de milliardaires chinois (FFC). Un nouveau tournant dans l’histoire de cette institution du savoir-faire à la française. Pour que cet héritage soit dûment conservé, FFC a annoncé que l’ensemble de la production resterait dans la ville de Baccarat.

Le cristal de Baccarat n’a donc pas fini de conter son histoire !

Recherches associées :

  • LE PLUS LONG TENIA

Une réponse

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.